La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 210,88
    -124,30 (-0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Après plusieurs agressions violentes, la crainte d'une recrudescence des actes homophobes

Un homme de 22 ans a été condamné ce mardi à un an de prison pour avoir agressé un couple samedi dernier dans le 19e arrondissement de Paris. Le caractère homophobe de l'agression a été retenu: les deux hommes ont été d'abord insultés, puis violemment frappés par deux agresseurs après s'être embrassés. Le prévenu, jugé en comparution immédiate pour violence aggravée, en réunion et en raison de l'orientation sexuelle, a été immédiatement incarcéré car il était en sursis.

Cette agression est l'énième d'une succession de violences contre les homosexuels, les lesbiennes, les bisexuels et les transgenres ces dernières semaines, voire ces derniers mois. Fin septembre déjà, un jeune homme s'était fait frapper à la sortie d'un théâtre, notamment à coups de casque, dans un déferlement d'insultes et de violence après avoir enlacé son compagnon dans le 20e arrondissement de Paris.

"Je savais qu'un jour ça m'arriverait. Une agression homophobe violente en pleine rue. Je savais qu'un jour je devrais faire ce choix: prendre une photo et la publier ou ne pas la publier. Avec les conséquences que cela aura dans les deux cas. Je ne savais juste pas quand cela aurait lieu. C'est donc aujourd'hui", a-t-il témoigné sur Facebook.

"Il y en a beaucoup qui en font des canulars"

A la rentrée, plusieurs jeunes hommes ont été victimes de guet-apens à Nîmes: ils croyaient avoir rendez-vous avec...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi