La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 475,03
    +173,06 (+0,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Après le pétrole, c’est au tour du blé de flamber

·2 min de lecture

Sécheresses et inondations se sont combinées cette année pour réduire la récolte mondiale de blé. Avec une conséquence : un prix qui flambe. A Paris, la tonne de blé atteint les 300 euros, un record vieux de 14 ans ! Avec dans le viseur, le prix de la baguette…

Votre baguette, vous la voulez à 1,20 euro, à 1,30 ou à 1,50 ? C’est la question qu’il va falloir se poser si le prix du blé, un des composant essentiel du pain, continue de monter. Ce jeudi, sur le contrat à terme d’Euronext, qui permet de prendre date sur des livraisons futures de grain, le blé a atteint 300 euros la tonne. Il dépasse ainsi son précédent record de septembre 2007, vieux, donc, de… 14 ans. Les raisons de cette flambée sont simple : une banale question d’offre (qui baisse) et de demande (qui reste forte) et… de météo. Jamais les achats de blé n’ont été aussi forts que ces 4 derniers mois sur le marché mondial. L’indice alimentaire de la FAO est de retour sur les plus hauts du printemps 2008 et 2011 quand les prix des denrées de base avaient déclenché les émeutes de la faim et le "printemps arabe". L'indice a augmenté de 3% par rapport à septembre et de 31,3% sur un an. L'indicateur, qui mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de produits alimentaires de base, continue à se rapprocher de son niveau record (137,6 points), enregistré en février 2011.

Stockage chinois

Cette fois, ce sont plusieurs causes qui font monter les cours : les mauvaises récolte de maïs cet été ont par exemple reporté les demandes sur le blé. Et des pays du Moyen-Orient comme l’Iran et la Turquie ont eu recours à des achats massifs. Le Pakistan et la Chine se constituent des stocks importants. "Côté récolte, les déboires sont connus depuis l’été dernier. Pertes de production au Canada, aux Etats-Unis et en Russie à la suite de canicules. Pertes de qualité et de production en Europe suite aux intempéries de juillet." explique Sébastien Poncelet, directeur du développement au sein du cabinet Agritel. La prochaine récolte s’annonce mauvaise ; les levées de blé ont été perturbées par le manque de précipitations en mer Noire ou aux Etats-Unis. Et les prix des engrais azotés ont fortement augmenté, pour cause de pénurie.

Une tendance qui reste haussière

"Les[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles