Marchés français ouverture 2 h 41 min
  • Dow Jones

    33 677,27
    -68,13 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 996,10
    +146,10 (+1,05 %)
     
  • Nikkei 225

    29 615,72
    -135,88 (-0,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,1965
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    28 850,00
    +352,75 (+1,24 %)
     
  • BTC-EUR

    53 285,14
    +2 027,44 (+3,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 376,09
    +82,10 (+6,34 %)
     
  • S&P 500

    4 141,59
    +13,60 (+0,33 %)
     

Après la pénurie de puces, celle de plastique frappe l’automobile

·2 min de lecture

Comme si l’envolée du cours de l’acier et la pénurie de semi-conducteurs ne suffisait pas, l’industrie auto doit faire face à une pénurie de matières plastiques qui s’annonce durable.

Aucune plaie ne sera épargnée à l’industrie automobile. La pénurie mondiale de composants électroniques, qui paralyse les chaînes de montage un peu partout dans le monde, se double depuis quelques jours d’un manque de plus en plus criant en matières plastiques.

La cause ne fait pas mystère : c’est l’arrêt de la distribution d'eau et d’énergie électrique au Texas, durant la vague de froid mémorable du mois de février dernier, qui a contraint les installations pétrochimiques à suspendre leur activité. De quoi entraîner un arrêt rapide de leurs livraisons de ces matières premières employées dans la fabrication d’un nombre incalculable de pièces pour l’automobile. Tous les secteurs de l’industrie sont touchés, depuis la santé et le matériel médical, jusqu’au bâtiment (avec la tuyauterie et l’isolation), en passant par les produits de grande consommation (jouets, électronique grand public, emballage alimentaire et cosmétique, etc.).

Le plus grand complexe pétrochimique du monde, paralysé au Texas par une coupure d’électricité

Les pannes de courant au Texas et en Louisiane, en février, sont réputées avoir dépassé en ampleur et en durée celles qui avaient suivi le terrible ouragan Harvey, en 2017. Selon Bloomberg, près de 60 % de la capacité américaine de production des matières premières entrant dans la composition des plastiques est encore à l’arrêt. On comprend mieux pourquoi la remise en service des usines pétrochimiques du Golfe du Mexique — opération délicate et chronophage — pourrait s’étaler jusqu’à l’été. De quoi soutenir longtemps les cours du PVC (chlorure de polyvinyle), du polyéthylène et du polypropylène américains, qui ont doublé depuis l’été dernier (à 1.625 dollars, d’après ICIS). Une tendance générale constatée aussi sur le bois, le cuivre et l’acier.

Lire aussi

Parce que l’industrie pétrochimique américaine peine à répondre à la demande sur son marché national, les exportations sont à l’arrêt. Le simple polypropylène (employé pour toutes sortes d’emba[...]

Lire la suite sur challenges.fr

L'industrie auto française durement touchée par les pénuriesPénurie de puces : l'automobile vulnérable selon Bruno Le MairePourquoi la pénurie de puces dans l'automobile va continuerRenault, Valeo, Daimler: l'emploi dans l'industrie automobile durement frappé en FranceFaurecia, Plastic Omnium, Symbio: ces équipementiers français en pointe sur l'hydrogène