La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 992,11
    -100,85 (-0,30 %)
     
  • Nasdaq

    12 201,39
    +385,07 (+3,26 %)
     
  • Nikkei 225

    27 402,05
    +55,17 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0924
    -0,0070 (-0,63 %)
     
  • HANG SENG

    21 958,36
    -113,82 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    22 064,11
    +849,75 (+4,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    550,96
    +5,64 (+1,03 %)
     
  • S&P 500

    4 180,14
    +60,93 (+1,48 %)
     

Après l'invasion russe de l'Ukraine, demain celle de Taïwan par la Chine?

© A. Chih / Getty Images / AFP

2023, Le monde qui vient (14/53). Pékin, prêt à récupérer "son" île, n'attend que la bonne fenêtre de tir. Mais si la Chine voit l'invasion russe en Ukraine comme un défi utile lancé à l'Occident, les difficultés liées à cette guerre leur donnent sans doute matière à réflexion.

Il est aisé de comprendre pourquoi certains généraux américains pensent que la Chine envahira Taïwan au cours de la prochaine décennie. La possibilité d'une attaque pèse sur l'île autonome depuis 1949, lorsque le régime nationaliste chinois défait y a été chassé par les communistes de Mao Zedong. Le président Xi Jinping adorerait pouvoir proclamer la victoire finale dans cette guerre civile inachevée.

Aucun dirigeant depuis Mao n'a accordé une telle importance à la réunification, que le président Xi relie à son objectif de "régénération nationale". Les forces armées chinoises ont été équipées et entraînées en vue d'un assaut - et auraient apparemment été prévenues de se tenir prêtes pour 2027, lorsque s'achèvera le troisième mandat de Xi Jinping à la tête du parti. L'unification ne peut être indéfiniment reportée, dit-il.

Pelosi, le chiffon rouge

De nouvelles inquiétudes sont apparues en 2022 à l'occasion de la visite à Taïwan de Nancy Pelosi. Pour les autorités chinoises, le déplacement de la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, même si ce n'était pas le premier, a brisé le statu quo sur lequel repose une paix fragile. Les Etats-Unis ne reconnaissent pas la souveraineté chinoise sur Taïwan, mais ne reconnaissent pas non plus l'île comme Etat indépendant.

Même s'ils arment Taïwan, ils n'ont de relations diplomatiques qu'avec la Chine continentale. Nancy Pelosi est la plus haute personnalité politique américaine à se rendre à Taïwan depuis des décennies. Après son départ, la Chine a fait part de son indignation de manière spectaculaire. Elle a tiré des missiles balistiques au-dessus de l'île, déployé des dizaines de navires et avions militaires vers son territoire et mené des manœuvres à munitions réelles tout autour, comme si elle se livrait à la répétition générale d'un futur blocus.

Si la guerre semble inévitable, c'est en partie dû au fait que la Chine voit Taïwan s'éloigner progressivement. Il y a deux générations, l'île était dirigée par [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi