Publicité
Marchés français ouverture 4 h 57 min
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • Nikkei 225

    40 341,00
    -756,69 (-1,84 %)
     
  • EUR/USD

    1,0937
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    17 781,43
    +42,02 (+0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 277,32
    -852,27 (-1,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 339,60
    -2,72 (-0,20 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     

Après Linky, le compteur Pinky : qu’est-ce que c’est ?

Eric Bascol / iStock

Une nouveauté chez Enedis. Après Linky, voici le nouveau compteur intelligent Pinky. Contrairement à son homologue vert, ce dernier n’est pas destiné aux particuliers mais aux immeubles et collectivités. Le but de ce boîtier rose : améliorer l’efficacité énergétique "en analysant ce qui cause les plus grosses consommations ou en détectant des anomalies", explique Yves Barlier, responsable chez Enedis, au Journal du Net.

Dans le détail, Pinky peut directement prendre des mesures correctives en envoyant au gestionnaire un ordre afin d’éteindre un équipement laissé allumé sans raison. Pour obtenir ces informations, Pinky mesure en temps réel les tensions, intensités, puissances actives et réactives, la température ambiante et la charge transformateur. À l'instar de Linky, ce compteur collecte et transmet toutes les dix minutes les données liées à la consommation en temps réel. Développé depuis 2018 dans le laboratoire d'Enedis, le boîtier rose se concentre sur l’échelle locale pour surveiller et coordonner les flux d’énergie dans un immeuble ou dans un quartier donné. "Pinky est un outil indispensable car plus l’on veut se focaliser sur l’énergie locale, plus la production est variable", assure Yves Barlier.

En raison de nombreuses polémiques, plusieurs particuliers ont refusé de s’équiper de son acolyte vert. Plus récemment, c’est l’exposition aux ondes qui a soulevé l’inquiétude des consommateurs. Mais selon une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite