La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 104,83
    -163,38 (-1,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Après l'expulsion d'enfants chahuteurs d'un train, une enquête ouverte en Espagne

Pixabay

Polémique en Espagne après l'expulsion d'enfants qui auraient fait du chaut dans un train. La compagnie de chemins de fer espagnole (Renfe) était sous le feu des critiques après l'expulsion en début de semaine d'un groupe de 22 enfants d'une dizaine d'années, jugés bruyants et turbulents, du train où ils avaient pris place. Ces enfants voyageaient dans ce train en provenance de Barcelone et à destination de Léon (centre) dans le cadre d'une colonie de vacances lorsque l'incident a eu lieu lundi après-midi. Selon la Renfe, ils ont été invités à descendre du train par le contrôleur dans la gare de Palencia, peu avant leur arrivée à Léon, en raison de leur "comportement" qui a suscité les "plaintes" de plusieurs passagers.

Les enfants faisaient un "bruit" excessif et couraient dans les wagons, a précisé la compagnie ferroviaire. Un comportement qui aurait continué malgré les demandes faites auprès des deux moniteurs qui les accompagnaient. Le groupe d'enfants a finalement rejoint Léon à bord d'un "autocar" mis à leur disposition et a été accompagné "en permanence par le personnel de la Renfe et la police nationale", a-t-elle assuré dans un communiqué. La décision du groupe ferroviaire a été dénoncée par des parents d'élèves concernés, qui ont jugé la réaction du groupe ferroviaire disproportionnée et évoqué la possibilité d'un recours judiciaire.

Cette affaire est remontée jusqu'au Défenseur du Peuple, l'équivalent espagnol du Défenseur des Droits français, qui a annoncé jeudi soir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vendée : une ville installe des habitats préfabriqués pour loger les travailleurs locaux
Dans ce restaurant rennais, un robot à tête de chat fait le service
Olivia Grégoire annonce la création d'un "Conseil national du commerce"
Guerre en Ukraine : 17 milliards d'euros d'avoirs russes gelés dans l'UE
Sécheresse : des stations de lavage bretonnes réclament une indemnisation de l'Etat