La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 499,36
    +169,35 (+1,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3313
    -0,0044 (-0,33 %)
     

Après l'escalade verbale, la tension monte entre la France et la Turquie

·1 min de lecture

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dénonce l'attitude de la Turquie, dimanche matin, alors que le ton monte une nouvelle fois entre Paris et Ankara. Après le dossier des tensions en Méditerranée avec la Grèce, la situation en Libye et les affrontements au Haut-Karabakh, c'est le discours sur les séparatismes qui ne passe pas pour le président turc au point qu'il s'en prend désormais directement à Emmanuel Macron, et l'invite à se faire soigner.

Liberté selon Macron, islamophobie selon Erdogan

Selon le président turc, Recep Tayyip Erdogan, son homologue français doit aller en hôpital psychiatrique. Une escalade verbale en réaction aux récents discours d'Emmanuel Macron qui, après l'assassinat de Samuel Paty, a déclaré vouloir défendre les caricatures du prophète Mahomet. Mais Erdogan ne l'entend pas de cette oreille : pour lui, ce que la France présente comme de la liberté, n'est pour lui rien d'autre que de l'islamophobie.

"Tout ce qu'on peut dire à un chef d'État qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c'est d'abord 'allez faire des examens de santé mentale'", a vociféré le président turc à l'encontre du chef d'État français.

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici 

Des attaques très personnelles, dans un contexte où Ankara ne supporte pas le projet de loi français sur les séparatismes, qui prévoit un contrôle plus strict du financement des mosquées et l'interdi...


Lire la suite sur Europe1