Publicité
Marchés français ouverture 4 h 32 min
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • Nikkei 225

    40 349,66
    -748,03 (-1,82 %)
     
  • EUR/USD

    1,0935
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    17 729,38
    -10,03 (-0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 111,82
    -1 071,64 (-1,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 340,66
    -1,67 (-0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     

Après les fusillades à Lewiston, une chasse à l’homme et des habitants confinés choqués : « mon fils était dans le bar »

Des forces de l’ordre sécurisant la ville de Lewiston après des fusillades, dans le Maine, le 26 octobre 2023.
JOSEPH PREZIOSO / AFP Des forces de l’ordre sécurisant la ville de Lewiston après des fusillades, dans le Maine, le 26 octobre 2023.

ÉTATS-UNIS - Les habitants de Lewiston, une ville moyenne du Maine dans le nord-est des États-Unis, passent une nuit des plus angoissantes. Une gigantesque chasse à l’homme y est en cours pour retrouver un Robert Card, réserviste de l’armée, et soupçonné d’avoir ouvert le feu dans un bowling et un bar-restaurant.

Cette fusillade a tué 18 personnes et fait 13 blessés, selon le dernier bilan. Dans la nuit un élu local avait précédemment fait état auprès de CNN de 22 morts et une cinquantaine de blessés, l’information avait alors été reprise par Le HuffPost.

La population a reçu pour instruction de rester confinée face au danger posé par cet homme « armé et dangereux » et toujours en fuite ce jeudi 26 octobre, selon la police locale.

PUBLICITÉ

Des premiers témoignages font écho à l’angoisse et à la peur qui dominent cette ville paisible de 37 000 habitants. Billie Jayne Cooke, candidate au conseil municipal, a ainsi déclaré à la BBC qu’elle sortait d’une manifestation publique mercredi soir lorsqu’elle a appris l’attaque et que le tireur était en fuite.

« Pendant tout (mon) trajet de retour, il n’y avait que des sirènes. Des hélicoptères, des sirènes, je n’ai jamais entendu autant d’activité de toute ma vie dans cette ville », a-t-elle décrit. « C’est juste fou. Je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe, c’est tellement inimaginable. Tout le monde ici est dans le noir ».

Sur Skynews, Brandon raconte avoir dû se cacher dans la machinerie des pistes de bowling. « Il est sorti de nulle part et il y a eu un grand bruit. Je pensais que c’était un ballon, j’avais le dos tourné à la porte.  [...] Dès que je me suis retourné et que j’ai vu que ce n’était pas un ballon, qu’il tenait une arme, j’ai glissé sur la voie où je jouais pour me mettre là où sont les quilles et j’ai grimpé dans la machine », détaille-t-il, ajoutant qu’il y a passé une dizaine de minutes avant l’arrivée de la police.

Des habitants confinés chez eux dans le noir

Shanna Cox, présidente de la Chambre de commerce Lewiston Auburn, a, elle, raconté à la BBC qu’elle s’était également confinée chez elle avec ses enfants : « nos stores sont baissés, nos portes et nos fenêtres sont verrouillées. Nous avons éteint la plupart des lumières et nous nous assurons que personne ne quitte la maison. »

Dostie, qui vit avec sa femme Dinny, a affirmé de son côté qu’ils étaient « en sécurité » pour le moment à leur domicile. Mais « si l’un de ces tireurs s’approche de ma maison, je ne vais pas lui demander comment il va », a-t-il lancé dans des propos rapportés par le Daily Mail.

Pour sa part, Riley Dumont a déclaré à ABC News qu’elle se trouvait au bowling avec sa famille au moment de la fusillade. Au moment des coups de feu, son père, policier à la retraite, a rassemblé la famille dans un coin. « J’étais allongée sur ma fille. Ma mère était allongée sur moi », a raconté Riley Dumont.

Une mère a aussi parlé à NBC News, s’inquiétant de ne pas encore avoir eu de nouvelle de son fils qui se trouvait au bar-restaurant attaqué.

Les écoles fermées ce jeudi

« C’est une situation accablante. Nous n’avons jamais vécu quelque chose de semblable », a ajouté Cynthia Hunter, qui vit depuis 2012 à Lewiston, sur une télévision locale.

« Je suis horrifié par ce qu’il s’est passé à Lewiston ce soir », a déclaré de son côté l’élu du Maine Jared Golden dans un communiqué.

Les écoles publiques de la ville seront fermées ce jeudi 26 octobre, a indiqué un responsable du district scolaire.

Le tireur présumé a été identifié comme Robert Card, 40 ans, et la police a diffusé sa photo. Ses mobiles restaient inconnus.

Ce drame, l’un des plus meurtriers depuis la tuerie de Las Vegas en 2017, est venu immédiatement s’inscrire dans la litanie des fusillades qui endeuillent régulièrement les États-Unis où les armes à feu pullulent et sont facilement accessibles à l’achat.

À voir également sur Le HuffPost :

Le Congrès américain a trouvé son Speaker, et Donald Trump n’y est pas pour rien

Trump profère des propos ambigus en marge de son procès et écope d’une nouvelle amende de 10.000 dollars