La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    40 234,00
    -836,36 (-2,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Après la crise, le bling bling survit sous les tropiques de Palm Beach

·2 min de lecture

Depuis la crise sanitaire, une vague de nouveaux arrivants venus de New York, Chicago ou Washington a déferlé en Floride. Dans la tradition des codes du bling-bling et de l'entre-soi qui font sa réputation.

« Un mot pour résumer Palm Beach ? » Aerin Lauder hésite : « Je pense… aux couleurs, aux oiseaux, à la nature luxuriante, aux bougainvilliers, aux flamboyants, aux hibiscus. » Elle réfléchit, évoque « le tennis, les chapeaux de paille et les bijoux turquoise ; les relations sociales plus détendues ». Une photo, parue dans la presse glamour, la montre face à l'océan, en robe vaporeuse, pieds nus, foulant la pelouse du manoir qui a appartenu à sa grand-mère, Estée, la papesse des crèmes de beauté. La quinquagénaire et milliardaire, devenue à son tour femme d'affaires dans les cosmétiques, « aime s'y ressourcer ». Elle trouve enfin le mot pour désigner la petite langue de terre la plus orientale de Floride : « tropical ».

Depuis l'enfance, Aerin Lauder passe ses fêtes de fin d'année sous les cocotiers. Avec le Covid, elle a prolongé son séjour. Le grand air et une législation peu regardante sur le port du masque ont rendu la pandémie moins pesante. Magasins et restaurants n'ont fermé que quelques semaines. En octobre 2020, le Français Jean Denoyer, new-yorkais depuis cinquante-cinq ans et propriétaire du mythique bistrot La Goulue à Manhattan, a déménagé pour ouvrir une Goulue du Sud. « Ça a été le succès immédiat, et ça marche du feu de Dieu », se réjouit celui qui assure que tous les milliardaires du coin sont venus goûter son légendaire soufflé au fromage.

Boom immobilier

Jean Denoyer et Aerin Lauder ne sont pas les seuls à avoir fui le climat anxiogène des métropoles du Nord. Une « corona-migration » de super-riches s'est organisée depuis les quartiers huppés de Big Apple, de Chicago, de Boston ou de Washington. Jusqu'à Donald Trump qui s'est réfugié, après sa défaite à la présidentielle, à Mar-a-Lago, son château aux 126 pièces. « Jamais le nombre de milliardaires n'a été aussi élevé », note Darrell Hofheinz, journaliste au Palm Beach Daily News. L'an dernier, vingt maisons au moins sont parties à plus de 20 millions de dollars. « Je n'ai jamais vu ça, s'exclame B[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles