Marchés français ouverture 8 h 44 min
  • Dow Jones

    34 751,32
    -63,07 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 181,92
    +20,39 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    30 323,34
    -188,37 (-0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0056 (-0,47 %)
     
  • HANG SENG

    24 667,85
    -365,36 (-1,46 %)
     
  • BTC-EUR

    40 509,43
    -669,11 (-1,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 209,85
    -23,43 (-1,90 %)
     
  • S&P 500

    4 473,75
    -6,95 (-0,16 %)
     

Après sa condamnation, Nabilla Vergara veut rencontrer Bruno Le Maire

·2 min de lecture
A gauche: Nabilla sur le tapis rouge du Festival de Cannes, le 22 mai 2019. A droite: Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire s'exprimant à Paris, le 8 avril 2021. (Photo: Getty Image)
A gauche: Nabilla sur le tapis rouge du Festival de Cannes, le 22 mai 2019. A droite: Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire s'exprimant à Paris, le 8 avril 2021. (Photo: Getty Image)

L'influenceuse a fait la promotion de services boursiers sur Snapchat en 2018, sans avertir qu'elle était rémunérée pour cette publicité.

PEOPLE - L’influenceuse se rendra-t-elle à Bercy? C’est en tout cas ce qu’elle souhaite. Après avoir écopé d’une amende de 20.000 euros pour avoir fait la promotion de services boursiers sur Snapchat, Nabilla veut s’entretenir avec le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

Dans une “story” sur le réseau social, la vedette des “Anges” avait mis en avant en 2018 la gratuité d’un service proposé par un site boursier et des perspectives de gains conséquents, ce que la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a assimilé à des “pratiques commerciales trompeuses”.

L’ancienne star de la télé-réalité a reconnu sa faute et accepté de payer son amende. “J’ai passé un accord avec la DGCCRF, j’ai payé une amende de 20.000€ suite à un post sur le Bitcoin”, a-t-elle écrit sur son compte Twitter. Après cela, Nabilla a dit “assumer ses actes”, tout en réclamant une législation plus claire concernant la promotion sur les réseaux sociaux. “Je ne suis pas au-dessus des lois [...]. Ce métier est nouveau et nous n’avons pas de règlementation stricte”, a-t-elle écrit dans un tweet.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Bruno Le Maire, quant à lui, a tenu à avertir sur ces pratiques et appelle les Français à signaler auprès de la DGCCRF les “comportements trompeurs” que sont ces “publicités déguisées”. “Les influenceurs doivent informer leur communauté quand ils sont rémunérés pour faire la promotion de produits. Luttons ensemble contre les publicités déguisées”, a-t-il tweeté avec un article de Ouest-France sur la condamnation de Nabilla.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L’influenceuse star a pris connaissance de l’avertissement du ministre mais ne compte pas baisser les bras. Elle lui propose même une rencontre pour parler de la législation entourant les publicités sur les réseaux sociaux. “Monsieur le Ministre, je suis à votre disposition pour échanger et avancer ensemble”, a-t-elle ensuite écrit en citant le tweet de Bruno Le Maire. 

Ce contenu peut également vous intéresser :

À voir également sur Le HuffPost: Covid-19: comment les gouvernements se tournent vers les influenceurs pour communiquer

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

undefined

undefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles