Marchés français ouverture 6 h 19 min
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 942,27
    -59,25 (-0,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,0676
    -0,0021 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    20 470,06
    -247,18 (-1,19 %)
     
  • BTC-EUR

    27 382,10
    -1 160,04 (-4,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    654,64
    -20,23 (-3,00 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     

Après la chute du CAC 40, un bon moment pour faire les soldes en Bourse?

·2 min de lecture

Après une année 2021 record, la volatilité revenue à la Bourse offre de nouvelles opportunités aux investisseurs.

Le lundi 24 janvier, le CAC 40 a perdu près de 4% en une seule journée. Sa plus forte baisse quotidienne depuis… mars 2020, au moment de la panique boursière liée à la pandémie de Covid-19! L’indice parisien, comme les autres places financières mondiales, est remonté rapidement depuis et tourne autour des 7.000 points, mais cette baisse brutale traduit bien la nervosité actuelle des investisseurs, inquiets à la fois de la forte remontée de l’inflation (7% aux Etats-Unis et près de 5% en zone euro), des annonces des banques centrales qui vont durcir leurs politiques accommodantes et des tensions géopolitiques en Ukraine et à Taïwan. L’indice américain de volatilité Vix, , est d’ailleurs remonté à des niveaux records depuis avril 2020. Mais cette correction générale a aussi ramené les cours de valeurs très recherchées à des niveaux attractifs.

"Les marchés étaient très chers en fin d’année avec des primes de 30% par rapport aux moyennes historiques, mais après la baisse récente, la prime n’est plus qu’autour de 10% en moyenne et se justifie avec les perspectives de croissance attendues autour de 4% cette année", explique Laurent Deydier, directeur général délégué de la gestion de la Banque Hottinguer.

Stock-picking de rigueur

A condition toutefois de sélectionner les bonnes valeurs, car le marché risque encore de secouer dans les prochains mois, et "on n’attrape pas un couteau qui tombe" comme dit un célèbre proverbe boursier. "On peut profiter de la chute récente de 10 ou 20% de valeurs de qualité comme ou le pour semi-conducteurs mais aussi s’intéresser à de secteurs mal-aimés de la Bourse depuis plusieurs années : les valeurs cycliques et value, ainsi que les valeurs financières", détaille Laurent Deydier qui s’intéresse notamment à , (dont les avantages de la fusion avec Bombardier ne sont pas encore dans les cours) et , qui profitera à la fois de la croissance mondiale et de la remontée des taux d’intérêt, favorable à ses marges.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles