La bourse ferme dans 6 h 6 min
  • CAC 40

    6 260,43
    -98,31 (-1,55 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 652,56
    -55,83 (-1,51 %)
     
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,0720
    +0,0024 (+0,23 %)
     
  • Gold future

    1 855,30
    +7,50 (+0,41 %)
     
  • BTC-EUR

    27 329,88
    -1 148,83 (-4,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    654,34
    -20,54 (-3,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    109,96
    -0,33 (-0,30 %)
     
  • DAX

    14 001,13
    -174,27 (-1,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 474,03
    -39,41 (-0,52 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     
  • Nikkei 225

    26 748,14
    -253,38 (-0,94 %)
     
  • HANG SENG

    20 112,10
    -357,96 (-1,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2506
    -0,0082 (-0,65 %)
     

Après sa chute électorale, LR souffre de fractures ouvertes

La division entre les élus de droite qui soutiennent le macronisme et ceux qui s’y opposent fermement se double d’un clivage entre générations.

Officiellement, Les Républicains (LR) resteront un parti autonome et souverain. Alors que la candidate du parti, Valérie Pécresse, a fait moins de 5% au premier tour de la présidentielle, LR a réaffirmé ce 26 avril son "indépendance" face à Emmanuel Macron. "Il n'y a pas de double appartenance, il n'y en aura jamais" et "on ne peut pas être Les Républicains et ", a martelé le président du parti, Christian Jacob, à l'issue d'un conseil stratégique.

Lors de cette réunion, une motion a été adoptée pour affirmer : "Notre famille politique porte sa propre voix" d'une "droite indépendante et populaire qui doit exister par elle-même".

Un bel élan… dont l’unanimité a toutefois été brisée par l’abstention, sur ce texte, de et Philippe Juvin. Rien de moins que le patron des députés LR et le maire de La Garenne-Colombes, qui s’était illustré comme chef de service des urgences de l'hôpital parisien Georges Pompidou, par sa de la politique sanitaire d’Emmanuel Macron, durant la crise Covid. "Je crois que les partis de gouvernement doivent travailler ensemble", expliquait-il pourtant ce 26 avril.

Feu d'artifice de divisions

Cette réunion du comité stratégique semble un avant-goût du feu d’artifice de nouvelles divisions que la droite prépare pour les élections législatives. Oubliée la typologie carrée, enseignée sur les bancs de Sciences-Po, entre les trois droites : légitimiste, orléaniste et bonapartiste. Pour les prochaines législatives, les électeurs devront s’y retrouver entre les candidats LR tentés par une bascule vers la droite dure ; ceux farouchement partisans de l’autonomie de leur parti ; ceux qui souhaitant voter les futures lois au coup par coup ; d’autres devenus clairement crypto-macronistes et appelés à rejoindre la probable majorité présidentielle, voire le gouvernement, etc.

Dans ces dernières catégories, une circulerait à l’Elysée de vingt à trente députés LR prêts à rallier la majorité présidentielle, sous l’amicale pression de Nicolas Sarkozy. Soit un quar[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles