La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 224,26
    -567,84 (-2,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Après le Brexit, comment réinventer les relations entre Londres et Bruxelles

Toby Melville

EDITORIAL. Alors que la majorité des Britanniques regrettent le Brexit, réparer le lien serait bénéfique pour le Royaume-Uni, mais aussi pour les Vingt-Sept. Cela exigera de normaliser et reconstruire. Le patron du plus important syndicat patronal britannique (CBI) à part ailleurs exhorté Sunak à montrer plus d'ambitions économiques, malgré son détachement de l'UE en début de semaine.

Il y a dix ans ce mois-ci, David Cameron, alors Premier ministre, lançait le processus du Brexit. Depuis, la sortie de l'Union européenne a exacerbé le malaise économique du Royaume-Uni, enrayé ses échanges commerciaux et asséché l'investissement. Cette décision a en outre dégradé les relations de la Grande-Bretagne avec nombre de ses alliés naturels.

Aujourd'hui, alors qu'une majorité de Britanniques disent regretter la sortie de l'Union, une voie se dessine vers une amélioration des relations avec l'Europe. C'est dans l'intérêt des deux parties. Mais ce sera un processus long qui impliquera de restaurer la confiance. Londres doit en premier lieu normaliser ses relations avec Bruxelles.

Protocole Nord-irlandais

Le Premier ministre Rishi Sunak a déjà marqué des points sur ce plan: une coopération apaisée est engagée sur une série de sujets, depuis les projets éoliens en mer du Nord jusqu'à la question des migrations. Mais ces avancées ne pèseront pas bien lourd s'il ne réussit pas à négocier un accord satisfaisant sur le protocole nord-irlandais. Y parvenir ouvrirait alors la voie à d'autres avantages, notamment la participation britannique à des projets scientifiques.

Dans un discours à la presse prononcé lundi 27 janvier, le patron du CBI (Confederation of British Industry), le plus important syndicat patronal britannique, son directeur Tony Danker a par ailleurs critiqué le projet du gouvernement britannique d'abandonner au 31 décembre 2023 toute la législation héritée de l'UE qui n'aurait pas été explicitement maintenue dans le droit national après le Brexit.

Lire aussiLe gouvernement de Rishi Sunak va-t-il durer?

Réexamen de l'accord de commerce et de coopération

Ensuite, il faudra construire. Le famélique Accord de commerce et de coopération négocié par Boris Johnson sera réexaminé en 2026. Ce sera une occasion unique de le muscler. Le parti travailliste, qui pourrait bien exercer le pouvoir à ce moment-là, a proposé d'y ajouter plusieurs accords facilitant n[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi