La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    28 301,60
    +138,54 (+0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Après un bon premier trimestre, TotalEnergies continue ses rachats d'actions

TotalEnergies a annoncé jeudi des rachats d'actions supplémentaires après avoir enregistré un bond de son résultat net ajusté au premier trimestre 2022, marqué par la poursuite de la forte hausse du prix des hydrocarbures sur fond de guerre en Ukraine.

TotalEnergies a annoncé jeudi des rachats d'actions supplémentaires après avoir enregistré un bond de son résultat net ajusté au premier trimestre 2022, marqué par la poursuite de la forte hausse du prix des hydrocarbures sur fond de guerre en Ukraine.

Le groupe pétrolier, qui , a précisé dans un communiqué qu'il prévoyait désormais jusqu'à 3 milliards de dollars de rachats d'actions au premier semestre, alors qu'il tablait précédemment sur 2 milliards pour cette période, après un montant d'un milliard réalisé au premier trimestre.

Vers 14h10, le titre TotalEnergies affichait une hausse de 3,96%.

Alors que le groupe est particulièrement présent en Russie dans le gaz naturel liquéfié (GNL) avec les actifs de Yamal LNG et qu'il a dû enregistrer une provision de 4,1 milliards de dollars liée notamment au projet Arctic LNG 2, TotalEnergies s'est dit confiant dans sa capacité à continuer de se développer dans le secteur.

Pas de sortie totale de Russie prévue

"Je ne m'attends pas à une rupture de notre profil de croissance dans le GNL même si nous devions sortir totalement de Russie, ce qui n'est pas (le cas) aujourd'hui mais ce qui est un scénario possible", a dit son PDG, Patrick Pouyanné, lors d'une conférence avec les analystes.

"Nous n'avons jamais dit que nous resterions en Russie", a également déclaré le PDG. "."

TotalEnergies a aussi souligné que les prix du pétrole "pourraient se maintenir à des niveaux élevés" si la mobilisation de capacités de production supplémentaires des pays de l'Opep et la croissance du pétrole non conventionnel aux Etats-Unis ne suffisaient pas à compenser la baisse du brut russe - de l'ordre de 2 à 3 millions de barils équivalent pétrole par jour (Mb/j) - et du raffinage russe.

Investissements supplémentaires dans le gaz en mer du Nord

Ce phénomène pourrait toutefois "être pondéré par une baisse de la demande engendrée par la hausse des prix, l'impact de la crise et les restrictions sanitaires en Chine sur la croissance mondiale."

TotalE[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles