Marchés français ouverture 1 h 19 min
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -245,14 (-1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    27 935,62
    +113,86 (+0,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,1338
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    23 739,71
    +264,45 (+1,13 %)
     
  • BTC-EUR

    50 221,05
    +49,35 (+0,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 466,75
    +23,97 (+1,66 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     

Après avoir repris sa carte LR, Valérie Pécresse fait la course aux adhésions

·1 min de lecture

Respectivement deux et quatre ans après avoir quitté le parti Les Républicains, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont annoncé qu’ils reprendraient leur carte d’adhérents afin de pouvoir voter au Congrès de début décembre. Un geste en direction des militants qui choisiront à cette date le candidat de la droite pour 2022. Une façon aussi pour la présidente de la région Ile-de-France d’attirer la lumière dans cette campagne interne pas évidente.

Avec notre envoyée spéciale à Clamart, Lucile Gimbert

Pour espérer gagner au Congrès, Valérie Pécresse le sait : il faut faire marcher la machine à adhésions. Et que ses troupes, notamment celles de son parti, « Libres ! », s’encartent chez Les Républicains (LR) pour pouvoir voter début décembre.

Comme Geneviève et Carole. « J’ai appuyé sur le petit bouton et je me suis réinscrite pour pouvoir voter pour elle », témoigne la première, venue assister à ce meeting de la candidate, vendredi 15 octobre. « Être obligé de reprendre la carte, c’est un petit peu, je ne dirais pas embêtant, mais voilà... Mais on va le faire parce qu’il faut passer par là », justifie la seconde.

Exister dans une campagne difficile

Valérie Pécresse va elle-même reprendre sa carte. Elle l’a annoncé au moment où Xavier Bertrand lançait sa campagne pour le Congrès. Le forçant ainsi à faire de même, lui qui avait dit qu'il ne le ferait pas deux jours plus tôt. « Quand il a vu que Valérie Pécresse reprenait sa carte, il n’avait en réalité pas d’autre choix », explique le sénateur Roger Karouchi, soutien de Valérie Pécresse.

Un coup politique réussi pour la candidate qui cherche comment exister dans cette campagne interne. Elle qui est coincée entre le plus fidèle à LR, Michel Barnier, et le favori des sondages nationaux, Xavier Bertrand.

Avec, en plus, l’agitation autour d’Éric Zemmour, « on a du mal à passer le mur du son de l’opinion », reconnaissait il y a peu un élu du camp Pécresse.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles