La bourse ferme dans 7 h 34 min
  • CAC 40

    6 137,08
    +63,73 (+1,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 580,50
    +47,33 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,28 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0591
    +0,0032 (+0,31 %)
     
  • Gold future

    1 837,70
    +7,40 (+0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    20 145,01
    -204,30 (-1,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    465,37
    +11,47 (+2,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,68
    +0,06 (+0,06 %)
     
  • DAX

    13 319,10
    +200,97 (+1,53 %)
     
  • FTSE 100

    7 266,19
    +57,38 (+0,80 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,42 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 871,27
    +379,30 (+1,43 %)
     
  • HANG SENG

    22 273,19
    +554,13 (+2,55 %)
     
  • GBP/USD

    1,2326
    +0,0056 (+0,46 %)
     

Après des années de galère, EDF entrevoit le bout du tunnel pour l'EPR de Flamanville 3

AFP/Archives - CHARLY TRIBALLEAU

Première centrale nucléaire de troisième génération française, l’EPR de Flamanville a longtemps été un chantier maudit. Il devrait être lancé en fin d’année prochaine. Avec onze ans de retard.

"Dernière ligne droite pour démarrer . En toute sécurité, en toute sûreté." Impossible de ne pas la voir. Fichée tout en haut du bâtiment diesel de la centrale nucléaire de Flamanville, l’immense banderole symbolise l’espoir d’EDF et de la France de lancer ce premier EPR français. Premier, car d’autres sont appelés à suivre. A Belfort en février, Emmanuel Macron avait évoqué 6 réacteurs et peut-être 14 d’ici à 2050. Mais avant d’investir dans ce programme ambitieux de plus de 50 milliards d’euros, il fallait en finir avec ce premier EPR.

Flamanville 3, hors normes et ultra-complexe

Centrale de troisième génération, Flamanville 3 (Manche) est un objet hors normes, ultra-complexe. Il contient 120.000 tonnes de ferraillage (dix fois le poids de la Tour Eiffel), 70.000 tonnes de charpente, 400 kilomètres de tuyauteries, 1850 kilomètres de câbles, 460.000 mètres cubes de béton…. L’EPR normand a débuté en 2007 et aurait dû être achevé il y a dix ans. Ses coûts ont quadruplé de 3,3 milliards d’euros à 12,7 milliards et même 19 milliards selon les estimations de la . Mais à écouter le directeur du projet, Alain Morvan, ça y est, EDF est cette fois au bout de la ligne droite. "Je sens une effervescence, une tension positive, assure-t-il. Le site est en pré-exploitation, en exploitation partielle."

Sur l’enceinte, 3.000 employés s’affairent et participent aux finitions. Ils seront 500 une fois le chantier achevé. Il n’y a désormais plus qu’une grue sur le site devant le bâtiment réacteur. Le combustible a été réceptionné l’an dernier. Il devrait être chargé au deuxième trimestre 2023 et les premiers mégawatts de l’EPR sont prévus pour fin 2023. Il faudra ensuite attendre plusieurs mois pour que la centrale tourne à pleine capacité. Flamanville 3 pourra alors fournir en électricité l’équivalent d’une ville comme Paris. D’après Alain Morvan, les opérations de calfeutrement, de charpente et de peinture sont terminées à 95%, tout comme celles attenant à la salle des machines. M[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles