Publicité
La bourse ferme dans 57 min
  • CAC 40

    7 920,04
    -7,39 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 885,96
    +8,19 (+0,17 %)
     
  • Dow Jones

    39 008,06
    +11,67 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0841
    +0,0034 (+0,31 %)
     
  • Gold future

    2 069,40
    +14,70 (+0,72 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 046,32
    -1 254,02 (-2,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,89
    +1,63 (+2,08 %)
     
  • DAX

    17 729,25
    +51,06 (+0,29 %)
     
  • FTSE 100

    7 665,21
    +35,19 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    16 143,26
    +51,34 (+0,32 %)
     
  • S&P 500

    5 108,83
    +12,56 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2641
    +0,0015 (+0,12 %)
     

Après 37 ans à la barre, Nicolas de Tavernost va quitter la direction de M6

Nicolas de Tavernost, patron du groupe M6, le 4 septembre 2018 à Neuilly-sur-Seine, près de Paris (Christophe ARCHAMBAULT)
Nicolas de Tavernost, patron du groupe M6, le 4 septembre 2018 à Neuilly-sur-Seine, près de Paris (Christophe ARCHAMBAULT)

Coup de tonnerre dans le monde des médias: Nicolas de Tavernost va quitter en avril le groupe M6 qu'il a contribué à fonder il y a 37 ans, pour laisser la place à une nouvelle génération.

Son départ, à 73 ans, survient plus tôt que prévu: l'emblématique patron de M6 avait initialement prévu de rester en poste jusqu'en août 2025.

Après le projet de mariage avec TF1, qui n'a pas abouti, "les actionnaires m'avaient demandé de prolonger mon mandat", affirme-il au Figaro, qui a le premier annoncé la nouvelle.

"Ceci étant maintenant derrière nous, et après avoir clarifié notre stratégie sur le streaming, j'ai estimé que les conditions actuelles permettaient, compte tenu de la bonne tenue du groupe, de passer à l'étape de la succession", poursuit le dirigeant.

Il a résumé son départ par une courte vidéo sur X où l'on voit quelqu'un appuyer sur la télécommande pour éteindre la télévision.

Car son départ signe la fin d'une époque, celle de "la petite chaîne qui monte", devenue un important groupe de médias comprenant, outre M6, les stations RTL, RTL 2, Fun Radio, et les chaînes W9, Teva, Paris Première ou encore Gulli... Et synonyme d'émissions à succès comme "Top chef", "Pékin express" et "L'amour est dans le pré".

"Une page se tourne", a estimé sur X Maxime Saada, le patron de Canal+. "Ton intelligence, tes bons mots, ton humour implacable, tes coups de gueule et ta vision sectorielle me manqueront".

"J’apprends avec émotion et incrédulité l’annonce du départ de Nicolas de Tavernost de la barre du groupe M6", a réagi Rodolphe Belmer, le PDG de TF1, saluant celui qui a été "pendant près de 40 ans le meilleur concurrent, acharné, agile et flamboyant, du groupe TF1".

A la tête du groupe France Télévisions, Delphine Ernotte a elle aussi confié son "admiration" pour l'homme fort de M6, dans un communiqué.

Connu pour son caractère orageux et ses cheveux en pagaille, Nicolas de Tavernost a débuté sa carrière dans les médias en devenant directeur adjoint de Métropole Télévision (M6) en 1987, après avoir piloté le projet de création de la chaîne au sein de la Lyonnaise des Eaux.

Remplaçant Jean Drucker au poste de président du directoire de M6 en 2000, il a inlassablement défendu les intérêts d'une chaîne d'abord à dominante musicale, devenue généraliste, puis groupe de médias.

- AG le 23 avril -

Il quittera officiellement ses fonctions le 23 avril, lors d'une assemblée générale qui devrait entériner la nomination de son successeur: David Larramendy, 49 ans.

L'actuel dirigeant de M6 Publicité, qui a 16 ans de maison, est "un professionnel talentueux avec une forte expérience dans le management et d'excellents résultats à la régie publicitaire", selon les mots de M. de Tavernost, dans son entretien au Figaro.

Il aura pour mission notamment de développer le streaming avec une nouvelle plateforme baptisée M6+, qui sera dévoilée début mars et doit remplacer l'actuelle 6Play.

"Nos objectifs sont clairs: doubler a minima la consommation sur la plateforme avec 1 milliard d'heures consommées et tripler les revenus streaming pour atteindre 200 millions d'euros à horizon 2028", souligne M. de Tavernost, au Figaro.

Le groupe peut s'appuyer sur de solides résultats, avec une forte hausse de son bénéfice net et un léger recul de son chiffre d'affaires en 2023, après l'arrêt de la plateforme de streaming Salto, qui avait pesé en 2022. Il entend investir "jusqu'à 100 millions d'euros" dans le streaming sur les quatre prochaines années et lancer une nouvelle plateforme gratuite, M6+.

Le groupe a vu cette année la fréquence TNT de sa principale chaîne renouvelée pour une durée de dix ans après que la candidature de Xavier Niel, à la tête du groupe Iliad, avait été écartée.

L'année 2024 rimera pour M6 avec l'Euro de football: la chaîne sera, avec TF1, diffuseur officiel de la compétition, à partir de juin.

mng-may/dlm