La bourse est fermée

Après 178 ans d'existence, le voyagiste britannique Thomas Cook fait faillite

Le plus ancien voyagiste du monde s'est déclaré en faillite dans la nuit de dimanche à lundi après avoir échoué durant le week-end à trouver les fonds nécessaires pour sa survie. Ses activités ont cessé avec "effet immédiat" déclenchant une opération de rapatriement sans précédent en temps de paix.

Un rapatriement historique de 600.000 clients en vacances au travers le monde va désormais devoir être organisé. En cause, la chute du plus ancien voyagiste au monde, Thomas Cook. Lequel, après 178 années d'existence et un week-end d'intenses négociations, s'est finalement déclaré en faillite ce lundi 23 septembre.

Les autorités britanniques notamment vont devoir organiser le retour de 150.000 de leurs ressortissants. Soit deux fois plus que lors de la faillite de la compagnie aérienne Monarch il y a deux ans.

"Le gouvernement et l'Autorité de l'aviation lancent l'opération de rapatriement la plus importante pour des civils de l'histoire en temps de paix", a ainsi fait valoir le département britannique des Transports dans un communiqué.

Echec des négociations

Dans le détail, le groupe a expliqué que "malgré des efforts considérables" déployés au cours du week-end, "les discussions entre les différentes parties prenantes du groupe et de nouvelles sources de financements possibles n'ont pas débouché sur un accord. Le conseil d'administration a donc conclu qu'il n'avait d'autre choix que de prendre les mesures pour entrer en liquidation judiciaire avec effet immédiat".

En parallèle, l'Autorité britannique de l'aviation (CAA) a affirmé que Thomas Cook, "tour opérateur et compagnie d'aviation, a cessé ses activités avec effet immédiat. Toutes les réservations Thomas Cook, vols et séjours, sont désormais annulées".

Les cabinets AlixPartners et KPMG devraient être nommés administrateurs des différentes filiales du groupe.

Le patron du voyagiste, Peter Fankhauser, a, de son côté, souligné que "bien qu'un accord ait été déjà largement approuvé, une requête pour des fonds supplémentaires ces derniers jours a présenté une difficulté qui s'est révélée insurmontable".

Le destin du voyagiste s'est en effet joué en quelques jours: des créanciers lui ont demandé la semaine dernière de trouver 200 millions de livres (227 millions d'euros) de financements supplémentaires pour qu'un plan de sauvetage déjà accepté de 900 millions de livres et mené par le chinois Fosun, premier actionnaire, soit validé. Des discussions marathon ont eu lieu tout le week-end, en vain.

"C'est un profond regret pour le conseil d'administration et moi de ne pas avoir réussi. Je tiens à m'excuser auprès de nos millions de clients, nos milliers d'employés, fournisseurs et partenaires qui nous soutiennent depuis des années", ajoute-t-il, déplorant aussi un "jour profondément triste pour une entreprise pionnière du voyage organisé".

Né en 1841, le tour opérateur indépendant le plus vieux du monde, compte 22.000 employés dont 9.000 au Royaume-Uni qui vont beaucoup se retrouver au chômage dès lundi.

Lire la suite sur BFM Business

Cette vidéo peut également vous intéresser :