La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 099,54
    -703,65 (-1,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Après un été bénéficiaire, le PDG de Ryanair prévoit un "hiver difficile"

·1 min de lecture

Les hauts et les bas de la crise sanitaire. La compagnie irlandaise low-cost Ryanair a renoué avec les bénéfices en juillet et août au plus fort de la saison estivale mais s'attend à "un hiver difficile", a déclaré à l'AFP son patron Michael O'Leary en marge d'une conférence de presse à Londres mardi 31 août.

"La reprise a été très forte pendant le pic de la saison estivale mais cet hiver sera difficile. Nous essayons de restaurer notre trafic pré-Covid mais cela ne peut être fait qu'à des prix plus faibles (...). Je ne pense pas que nous gagnerons de l'argent cet hiver mais nous n'en perdrons pas beaucoup", a expliqué le directeur général à l'AFP.

Quelques instants plus tôt lors d'une conférence de presse, M. O'Leary avait annoncé le lancement du calendrier de vols "hivernal le plus vaste" jamais déployé par la compagnie, avec 14 nouveaux trajets, dans sa quête de restaurer le "volume" de passagers transportés à défaut de pouvoir compter pour l'instant sur des prix plus élevés.

Fin juillet, le transporteur à bas coûts avait publié une perte pour son premier trimestre décalé creusée de 47% sur un an à 273 millions d'euros à cause de tarifs encore bas, de coûts élevés dus aux restrictions et des incertitudes sur les voyages, malgré un chiffre d'affaires presque triplé.

Cette année, Ryanair prévoit "près de 100 millions de voyageurs transportés" contre 149 millions par an avant la crise sanitaire.

L'industrie aérienne a été l'une des plus durement frappée par la pandémie de coronavirus (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Nintendo contre Sony : un coup de poignard dans le dos
Airbus vend des dizaines de A321neo à Jet2.com
Cryptomonnaies : Coinbase mis en cause dans des "milliers de plaintes" de clients lésés
Pass sanitaire : après l'Essonne et les Yvelines, nouvelle suspension dans les centres commerciaux des Hauts-de-Seine
Le restaurant obligé de fermer faute de personnel

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles