La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 133,38
    +608,82 (+1,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

"On a appris qu'on était vulnérables" : Sylvie, infirmière à l’hôpital, a subi l'épidémie de Covid-19 de plein fouet

Solenne Le Hen
·1 min de lecture

Caissières, enseignantes, soignantes... À l'occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, franceinfo met en avant ces héroïnes, ces femmes en première ligne depuis un an et le début de l’épidémie de Covid-19. À l’hôpital, les femmes sont majoritaires dans les métiers d’aides-soignantes et infirmières. Sylvie est infirmière à l’hôpital de Chambéry.

La première impression en la rencontrant, c’est son côté "force tranquille", 27 ans de carrière d’infirmière derrière elle. Lors des deux vagues de Covid, cette brune filiforme, qui exerce en service de chirurgie ambulatoire, n’a pas hésité à venir prêter main forte à ses collègues pour soigner les patients atteints du coronavirus. "Comme toutes en fait, je crois qu'on y est toutes allées", se souvient aujourd'hui Sylvie.

"La première vague, on y est tous allés vraiment tête baissée, avec beaucoup de confiance et puis un peu d'innocence."

Sylvie, infirmière

à franceinfo

Elle découvre alors une terrible épidémie, l’impuissance à soigner, faute de médicaments suffisamment efficaces. Sylvie et ses collègues compensent : "Il y avait notre présence déjà, humaine. Je pense qu'on a été très présent, d'autant plus que les familles ne pouvaient pas venir voir les patients de façon habituelle". La deuxième vague est encore plus forte, Sylvie ne compte plus ses heures supplémentaires. "Personne n'a jamais connu autant de décès en si peu de temps, avec une impression que ça ne s'arrêtera pas. On se disait 'quand est-ce que (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi