Marchés français ouverture 7 h 29 min
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,72 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,83 (-1,92 %)
     
  • Nikkei 225

    27 878,81
    -150,76 (-0,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,1303
    -0,0014 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,21 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    43 209,31
    -766,82 (-1,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 250,71
    -191,05 (-13,25 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     

Que nous apprend le premier survol de Mercure par la sonde BepiColombo ?

·1 min de lecture

Comme nous vous le rapportions dans l'article ci-dessous, BepiColombo a effectué son premier survol de Mercure dans la nuit du 1er au 2 octobre. Outre les photos que nous vous avions présentées, la sonde spatiale euro-japonaise (ESA et Jaxa) a acquis diverses données sur la planète, aussi bien sur son environnement magnétique et particulaire que sur son champ gravitationnel.

Johannes Benkhoff, scientifique du projet BepiColombo à l'ESA, explique que, « pour certains des instruments de BepiColombo, [ce survol] a marqué le début de leur collecte de données scientifiques et une chance de vraiment commencer à se préparer pour la mission principale. Ces survols offrent également la possibilité d'échantillonner des régions autour de Mercure qui ne seront pas accessibles une fois que nous serons en orbite ».

Un survol déjà riche d'enseignements

Le spectromètre ultraviolet Phebus a collecté des données sur les éléments présents dans l'atmosphère très peu dense de la planète, ou exosphère.

Les deux détections les plus importantes de Phebus sont illustrées sur ce graphique non étalonné, mettant en évidence la présence de calcium (en bleu) et d'hydrogène (en orange). L'émission a culminé une fois que BepiColombo a quitté l'ombre de Mercure (région en pointillés), peu de temps après son passage au plus près de la planète. La ligne verte représente la distance par rapport à Mercure. © ESA/BepiColombo/Phebus, Latmos/Cnes, IKI/Roscosmos, DESP/Jaxa
Les deux détections les plus importantes de Phebus sont illustrées sur ce graphique non étalonné, mettant en évidence la présence de calcium (en bleu) et d'hydrogène (en orange). L'émission a culminé une fois que BepiColombo a quitté l'ombre de Mercure (région en pointillés), peu de temps après son passage au plus près de la planète. La ligne verte représente la distance par rapport à Mercure. © ESA/BepiColombo/Phebus, Latmos/Cnes, IKI/Roscosmos, DESP/Jaxa

Le Spectromètre pour rayons gamma et neutrons pour Mercure (MGNS) a pour sa part détecté d'importants flux de neutrons et de rayons gamma. Ces émissions sont produites par l'interaction de rayons cosmiques galactiques avec les couches superficielles supérieures de Mercure et fournissent également des informations sur la composition de la surface. Une analyse détaillée des données – aussi acquises lors du survol de Vénus – est en cours.

Des capteurs sur la flèche du magnétomètre ont enregistré les détails du vent solaire et du champ...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles