La bourse ferme dans 3 h 23 min
  • CAC 40

    4 771,45
    -44,67 (-0,93 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 092,54
    -12,71 (-0,41 %)
     
  • Dow Jones

    27 685,38
    -650,19 (-2,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,1836
    +0,0022 (+0,19 %)
     
  • Gold future

    1 907,00
    +1,30 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    11 325,36
    +224,06 (+2,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    266,82
    +3,41 (+1,29 %)
     
  • Pétrole WTI

    38,68
    +0,12 (+0,31 %)
     
  • DAX

    12 131,85
    -45,33 (-0,37 %)
     
  • FTSE 100

    5 782,41
    -9,60 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    11 358,94
    -189,34 (-1,64 %)
     
  • S&P 500

    3 400,97
    -64,42 (-1,86 %)
     
  • Nikkei 225

    23 485,80
    -8,54 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 787,19
    -131,59 (-0,53 %)
     
  • GBP/USD

    1,3039
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Des applis d'espionnage de WhatsApp permettent de savoir quand vous dormez et à qui vous parlez

·2 min de lecture
Des applis d'espionnage de WhatsApp permettent de savoir quand vous dormez et à qui vous parlez
Des applis d'espionnage de WhatsApp permettent de savoir quand vous dormez et à qui vous parlez

Ces applications intrusives montrent que même les services qui protègent fortement la vie privée des utilisateurs d'une certaine manière — comme WhatsApp qui s'est engagé à crypter les messages — peuvent encore exposer des données qui peuvent être utilisées pour tracer leurs utilisateurs. La vulnérabilité de WhatsApp provient de la fonction qui indique publiquement si un utilisateur est "en ligne" (c'est-à-dire s'il est en train d'utiliser l'application) à un moment donné. Isolée, il s'agit d'une information relativement inoffensive.

Mais lorsque ces applications récoltent constamment ces données pendant des jours et des semaines, leurs outils sont capables d'agréger et de construire des profils détaillés de l'activité et des interactions des utilisateurs de WhatsApp.

Les applications n'exposent pas le contenu des messages des utilisateurs de WhatsApp et ne révèlent pas non plus ce que les utilisateurs partagent ou reçoivent.

Mais elles se présentent aux clients potentiels comme des outils pour savoir quand d'autres personnes sont en train de dormir, quand elles utilisent WhatsApp et même avec qui elles parlent sur l'application — ce qu'elles arrivent à savoir en comparant les journaux d'activité de plusieurs personnes et en voyant lesquels correspondent.

Ces applications invasives ressemblent à une version moins extrême de "stalkerware" — des logiciels espions utilisés par certaines personnes pour surveiller les messages et les appareils de quelqu'un, et qui sont parfois utilisés dans des relations toxiques pour contrôler l'autre personne.

"Il est facile d'imaginer ce qu'un agresseur pourrait faire avec ces informations ou, autre exemple, un employeur qui l'utiliserait pour savoir si ses employés parlent sur WhatsApp pendant leur journée de travail, ou un membre des forces de l'ordre qui verrait si les gens parlent sur WhatsApp pendant une manifestation", a déclaré Cooper Quintin, chercheur principal en sécurité à l'Electronic Frontier Foundation (EFF), à propos des applications

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'ancêtre de tous les pingouins aurait vécu sur le 8ème continent perdu de la Terre
AirPods Apple : 22% de réduction sur les versions 2 et Pro chez Amazon
Voici les 217 nouveaux emoji qui arriveront sur votre téléphone en 2021
Elon Musk promet une Tesla entièrement autonome à 25 000 $ pour 2023
Un médicament du groupe japonais Fujifilm réduirait le temps de guérison du Covid-19