Publicité
La bourse ferme dans 2 h 25 min
  • CAC 40

    7 897,47
    +85,38 (+1,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 846,32
    +71,01 (+1,49 %)
     
  • Dow Jones

    38 612,24
    +48,44 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,0824
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    2 034,30
    0,00 (0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 246,93
    -28,64 (-0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,40
    -0,51 (-0,65 %)
     
  • DAX

    17 380,16
    +262,04 (+1,53 %)
     
  • FTSE 100

    7 678,80
    +16,29 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    15 580,87
    -49,91 (-0,32 %)
     
  • S&P 500

    4 981,80
    +6,29 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    39 098,68
    +836,52 (+2,19 %)
     
  • HANG SENG

    16 742,95
    +239,85 (+1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,2625
    -0,0014 (-0,11 %)
     

Apple s'ouvre à la concurrence, l'UE salue l'impact de ses nouvelles règles

L'UE salue "le changement en cours" après Les annonces d'Apple pour adapter ses iPhone aux nouvelles règles européennes (Nicholas Kamm)
L'UE salue "le changement en cours" après Les annonces d'Apple pour adapter ses iPhone aux nouvelles règles européennes (Nicholas Kamm)

Le commissaire européen Thierry Breton a salué vendredi "le changement en cours" après des annonces d'Apple pour adapter ses iPhone aux nouvelles règles européennes, tout en prévenant que l'UE n'hésiterait pas à sévir en cas d'infraction.

Apple a annoncé jeudi des modifications majeures au système d'exploitation iOS qui équipe ses célèbres téléphones portables afin de se conformer à la nouvelle réglementation sur les marchés numériques (Digital Markets Act, DMA).

Ces changements ont été consentis à contrecoeur, sous la pression de Bruxelles, le groupe de Cupertino ayant toujours affiché son hostilité au DMA.

La Commission européenne, qui joue désormais le rôle de gendarme du numérique dans l'UE, devra évaluer leur conformité avec la nouvelle législation qui s'appliquera début mars.

"Le changement est déjà en cours", s'est félicité le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, interrogé par l'AFP sur les annonces du groupe californien.

"Plus de choix pour les consommateurs et plus d'opportunités pour les petites entreprises technologiques innovantes. Le DMA ouvrira les portes de l'internet à la concurrence afin que les marchés numériques soient équitables et ouverts", a-t-il souligné.

"À partir du 7 mars, nous évaluerons les propositions des entreprises, avec l'avis de tiers. Si les solutions proposées ne sont pas assez bonnes, nous n'hésiterons pas à prendre des mesures fortes", a-t-il prévenu.

Concrètement, la marque à la pomme a annoncé qu'elle autoriserait sur ses téléphones à partir de mars des magasins d'applications alternatifs qui entreront en concurrence avec son App Store.

Elle s'ouvrira également aux services de paiement sans contact autres que sa solution Apple Pay.

Le choix d'un navigateur alternatif à Safari sera par ailleurs facilité par l'ouverture automatique d'un menu proposant des solutions concurrentes alors qu'il fallait jusqu'ici aller dans les paramètres pour faire une telle modification.

Ces évolutions sont assorties de nouvelles conditions tarifaires pour les développeurs.

- Apple dénonce "des risques" -

"Les changements sont conformes aux exigences de la loi sur les marchés numériques de l'Union européenne, tout en contribuant à protéger les utilisateurs de l'UE contre les inévitables menaces accrues en matière de confidentialité et de sécurité que cette réglementation entraîne", affirme Phil Schiller, vice-président marketing d'Apple, cité dans un communiqué.

"Même avec ces garanties en place, de nombreux risques demeurent", affirme le groupe de Cupertino, dont la sécurité est l'un des principaux arguments marketing et qui n'a jamais caché son hostilité au DMA. Apple estime aussi que les nouvelles règles entraîneront une "expérience utilisateur moins intuitive".

"C'est la même histoire que pour le chargeur commun: ils font tout un drame, mais ils finissent par se conformer. S'ils s'inquiètent de la sécurité, cela signifie qu'ils n'ont pas bien fait leur travail et que la Commission peut les poursuivre", a confié vendredi à l'AFP un haut fonctionnaire européen.

Apple avait annoncé en septembre qu'il allait intégrer le port universel de chargement dit "USB-C" à sa nouvelle gamme d'iPhone, afin de respecter avec un an d'avance une législation européenne qu'il a longtemps combattue.

La marque à la pomme a construit son succès sur un écosystème fermé dont elle contrôle tous les paramètres, une philosophie en opposition frontale avec les règles européennes de concurrence. Elle l'a toujours défendu en invoquant des impératifs de sécurité et un confort accru pour ses utilisateurs.

Le règlement sur les marchés numériques s'appliquera à Apple mais également à cinq autres géants du numérique - Alphabet (Google), Amazon, Meta (Facebook, Instagram), Microsoft et le Chinois ByteDance (TikTok).

Cette législation introduit des règles plus strictes pour endiguer les pratiques anticoncurrentielles dans l'UE. Les entreprises en infraction s'exposeront à des amendes pouvant atteindre 20% de leur chiffre d'affaires mondial en cas de récidive, voire à des mesures de démantèlement dans les cas les plus graves.

A l'initiative du texte, les commissaires Thierry Breton et Margrethe Vestager espèrent favoriser l'émergence de start-ups européennes et améliorer les services offerts aux consommateurs.

Le DMA permettra d'agir en amont contre les abus de position de dominante. Les règles traditionnelles de concurrence en vigueur dans l'UE avaient échoué à mettre au pas les mastodontes du secteur, entraînant la Commission dans des procédures judiciaires interminables.

jco-aro/jug