Marchés français ouverture 4 h 32 min
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 318,54
    +194,26 (+0,69 %)
     
  • EUR/USD

    1,1419
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    24 214,09
    -169,23 (-0,69 %)
     
  • BTC-EUR

    37 633,36
    -303,63 (-0,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 035,85
    +10,12 (+0,99 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

Apple Car ? Et pourquoi pas un Apple Bike ?

·2 min de lecture

La machine médiatique n’en finit plus de s’emballer à chaque évocation du projet d’Apple Car. Voilà bien six ans que l’on prête au fabricant de l’iPhone la volonté de lancer une voiture électrique dotée de fonctions autonomes plus ou moins poussées. Dernièrement, c’est la banque d’affaires Morgan Stanley qui a ravivé l’excitation en prédisant que la supposée Apple Car débarquerait en 2025 avec une conduite totalement autonome. Ce véhicule serait dépourvu de pédales et de volant et proposé non pas comme une voiture individuelle mais à travers un service de transport partagé.

Si l’on peut comprendre qu’Apple puisse avoir la volonté de « révolutionner » l’automobile comme il a pu le faire avec les smartphones, une question nous taraude. Pourquoi le géant californien ne s’intéresse-t-il pas à la mobilité douce en général et au vélo électrique en particulier ? Un marché qui collerait encore mieux avec le message éco-responsable, le discours santé/bien-être que porte l’entreprise et qui représente un levier de croissance des plus prometteurs.

Le marché du vélo électrique en plein boom

La conjonction de la pandémie et d’une prise de conscience de l’urgence environnementale a entrainé une hausse spectaculaire des ventes de vélos et trottinettes électriques. A tel point que la demande surpasse l’offre et que les fabricants ont bien de mal à suivre la cadence. Selon le cabinet NPD, entre juillet 2020 et juillet 2021, les ventes de vélos électriques ont littéralement explosées (+240%). Et d’après les projections de ResearchAndMarkets.com, le marché devrait atteindre 79,7 milliards de dollars d'ici 2026, contre 47,0 milliards cette année.

Difficile d’imaginer qu’Apple n’observe pas une telle tendance. Et si le géant américain pense pouvoir tirer son épingle du jeu sur un marché aussi complexe que celui de l’automobile, tout porte à croire qu’il en serait de même sur celui de la mobilité douce. D’autant plus que son positionnement haut de gamme trouverait de quoi prospérer sur...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles