La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 791,34
    -630,57 (-1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Apple avoue avoir bloqué sciemment iMessage à son concurrent Android

·1 min de lecture

C’est aux bulles bleues de leurs SMS échangés que l’on reconnaît les utilisateurs d’iPhone : elles sont la signature de l’application iMessage. Jeudi 8 avril, comme le rapporte le site spécialisé 9to5Mac, Apple a concédé avoir bloqué le développement de cette application chez son concurrent Android.

Lors d’une audience au tribunal, dans le cadre de l’affaire opposant Epic Games à la marque à la pomme, des documents ont confirmé ce choix délibéré. Depuis 2013, il était clair chez Apple que jamais iMessage n’atterrirait sur les appareils Android alors que ce développement aurait été techniquement possible. L’argument qui a poussé à cette décision est purement commercial : "Steve Jobs (fondateur et ancien PDG d’Apple, ndlr) avait écrit qu’il voulait ‘lier tous nos produits ensemble afin qu’Apple verrouille davantage les clients dans son écosystème’", apprend-on dans le compte-rendu d'audience, de la part de Scott Forstall, ancien ingénieur chez Apple, en charge du développement des premières versions de l’iPhone et de l’iPad.

>> A lire aussi - APPLE : ses arguments lors de son procès contre Epic Games

Au cours de cette même audience, des propos de Craig Federighi, vice-président de l’ingénierie logicielle de la firme américaine, en charge d’iOS, ont été rapportés. Il avait très tôt fait savoir qu’il craignait que l’export d’iMessage vers Android "ôte un obstacle aux familles utilisant l’iPhone qui pourraient ensuite acheter des téléphones Android à leurs enfants".

Les équipes marketing (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La justice demande à des propriétaires de baskets de les renvoyer au vendeur
Boeing 737 Max : 16 compagnies appelées à corriger un problème électrique potentiel
Vaccin : comment Pfizer/BioNTech a pris des risques et a gagné son pari
Marlette : comment deux soeurs ont réussi à imposer leurs préparations bio pour gâteaux dans nos rayons
Un adolescent sauvé de son accident de quad grâce à son live sur TikTok