La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 811,40
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 124,03
    -170,96 (-1,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Apple attaqué en justice pour son « espionnage » à votre insu

Apple met en avant les options de confidentialité sur son iPhone depuis la mise à jour 14.5 d’iOS, faisant même du respect de la vie privée le fer de lance de sa campagne publicitaire. Toutefois, même en désactivant toutes les options de collecte de données, des chercheurs ont découvert que la firme continue d’espionner ses utilisateurs. Un Américain a donc décidé de tenter un recours collectif.

La procédure a été lancée dans l’État de Californie, par un certain Elliot Libman, propriétaire d’un iPhone 13 et résident à New York. Elle s’appuie sur la Invasion of Privacy Act, une loi sur la violation de la vie privée. La majorité des appareils mobiles collectent des données sur leurs utilisateurs, y compris les systèmes Android. Cependant, le texte, disponible sur le site de Bloomberg Law, accuse Apple de pratiquer une collecte « clandestine » contre la volonté explicite de l’utilisateur après que celui-ci a désactivé toutes les options qui s’y apparentent.

Des données qui seraient anonymisées

Si les options de confidentialité dans iOS permettent bel et bien de limiter la collecte de données par les applications tierces, ce n’est pas le cas pour les applications développées par Apple. La semaine dernière des chercheurs de la société Mysk ont découvert que l’iPhone continue de transmettre des données confidentielles, dont des informations sur l’appareil qui pourraient permettre de l’identifier. De plus, Apple continue d’enregistrer toutes les actions en temps réel, y compris les appuis sur l’écran, les recherches, les valeurs suivies en bourse, et même le temps passé sur chaque application.

Selon Apple Insider, la procédure aurait peu de chances d’aboutir et le plaignant est seul à l’heure actuelle. De plus, Apple indique que les données sont anonymisées avant d’être utilisées. Reste à voir si le juge décidera que la demande est recevable.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura