Publicité
La bourse ferme dans 6 h 58 min
  • CAC 40

    7 537,63
    +34,36 (+0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 877,39
    +38,25 (+0,79 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0714
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    2 335,80
    -13,30 (-0,57 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 757,38
    -128,52 (-0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 387,97
    -0,19 (-0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,81
    +0,36 (+0,46 %)
     
  • DAX

    18 088,98
    +86,96 (+0,48 %)
     
  • FTSE 100

    8 160,01
    +13,15 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 936,12
    -5,66 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2677
    -0,0009 (-0,07 %)
     

Un appartement à 300 000 euros bradé... Attention à l'arnaque au viager

Pixabay

Attention au viager. Cette pratique qui consiste à vendre son appartement, puis à recevoir une rente chaque mois de son nouvel acheteur jusqu’au décès de l’ancien propriétaire, peut parfois cacher des faces plus sombres. C’est notamment le cas de Madame Leteis. Son histoire est contée par France Bleu Provence, le 10 juin 2024. Aujourd’hui décédée, cette dernière avait vendu dans les années 2000, à l’instar d’autres propriétaires de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, son appartement en viager à Life Invest Fund 3. L’entreprise américaine a, depuis, été mise en liquidation en 2012.

La décision judiciaire a mis fin au versement des rentes aux propriétaires. Toutefois, ces derniers ont pu récupérer leur logement, et ce, pour «non-paiement des rentes viagères». Enfin, pas tous. En effet, un certain nombre d’entre eux a été mal conseillé. La mère d’Adrien Leteis fait partie des victimes. Décédée depuis, en 2022, elle n’a pu gagner les procédures judiciaires engagées. Et pour cause : le propriétaire doit se signaler dans les deux mois de la procédure judiciaire de mise en liquidation pour faire valoir la clause de restitution du bien.

Finalement, en 2020, le tribunal de Fréjus a autorisé la vente de l’appartement de la mère d’Adrien Leteis contre 40 000 euros. Son bien en valait en réalité 300 000 euros. L’avocat de la famille, Sébastien Barles, souhaite donc que le droit évolue en la matière. «Dès que le contrat n'est pas respecté et que la rente viagère n'est pas distribuée, il faut que ce (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ils croient à une arnaque… avant de se rendre compte qu’ils ont vraiment gagné à l'EuroMillions !
Impôts : pourquoi vous n’échapperez pas à un contrôle fiscal
Taxe d’habitation : gare à bien déclarer vos biens immobiliers pour ne pas la payer à tort
Prix du gaz : comment échapper à la hausse de 12% au 1er juillet ?
Prix de l’électricité : baisse des factures «de 10 à 15%» pour tous les Français en février 2025