Marchés français ouverture 28 min
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,67 (+0,23 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,04 (-0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    28 249,24
    +73,37 (+0,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0182
    -0,0005 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    20 035,17
    -166,77 (-0,83 %)
     
  • BTC-EUR

    23 207,39
    +450,89 (+1,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    549,62
    +14,40 (+2,69 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     

APL, plafond de révision des loyers: la loi pouvoir d'achat veut aider les locataires face à la flambée de l'immobilier

©Maria Orlova / Pexels

Alors que l'inflation plombe le pouvoir d'achat des Français, le gouvernement en concertation avec le parlement a annoncé des mesures de soutien aux locataires. Des aides bienvenues pour certains, insuffisantes pour d’autres acteurs du logement.

5,8% : c'est la hausse alarmante des prix à la consommation en juin sur un an. Si l’on pense bien sûr à l'envolée des prix de l’énergie ou de l'alimentation qui percutent le portefeuille des ménages, le coût du logement progresse lui aussi, bien que celui-ci ne soit pas intégré dans l'indice des prix à la consommation (IPC). En 2021, les Français consacraient en moyenne 34,8% de leur budget pour se loger, contre 32,5% en 2018, . C’est pour répondre à cette inquiétude des Français que le gouvernement a inséré une série d’aides pour le logement dans la (LPA), actuellement en débat à l'Assemblée nationale.

Le projet de loi s'attaque notamment à l'Indice de référence des loyers. Il fixe le plafond des révisions annuelles de loyers en fonction, notamment, de l'inflation. Jusqu'à présent, les bailleurs étaient autorisés à augmenter leurs loyers de . Cela représentait une revalorisation d'un loyer de 700 euros en juillet 2021 à 724 euros en juillet 2022. Le gouvernement va redescendre puis stabiliser ce seuil à 3,50% dans l'Hexagone et à 2,5% en Outre-mer, dès le mois de juillet.

Cette mesure va contenir une éventuelle flambée des loyers qui suivraient la courbe de l'inflation. “Mais le gouvernement n'a pas voulu geler les loyers pour ne pas mettre en difficulté les bailleurs qui subissent aussi l'inflation. Ce plafonnement de la hausse est une mesure qui concilie la chèvre et le chou”, estime Julie Vanhille, secrétaire générale de l'Association de défense et d'information des consommateurs (ADEIC).

Pour leur part, les propriétaires réclament en effet une baisse de la taxe foncière qui grignote en moyenne "plus de 20% des recettes des loyers", estime Christophe Demerson, président de l’Union National Propriétaire immobiliers (UNPI).

Lire aussi

Revalorisation des APL de 3,5%

Les députés ont aussi accepté la proposition de revaloriser les Aides personnalisées au logement (APL) de 3,5% dès juillet, pour tous les bénéficiaires. Cette allocation a augmenté de 0,42% en octobre [...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles