La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 609,15
    +34,79 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 539,27
    +22,17 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 218,26
    +248,74 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 758,71
    +42,94 (+0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,19
    -14,05 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    46,09
    +0,45 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 298,96
    +46,10 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 550,23
    +59,96 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 464,23
    +87,05 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 699,12
    +32,40 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    26 751,24
    -58,13 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    26 835,92
    +107,42 (+0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3438
    -0,0015 (-0,11 %)
     

APL : ces nouveaux droits qui s’ouvrent à certains sous-locataires

C’est une mesure passée relativement inaperçue. Un décret publié le 10 janvier permet désormais à certains sous-locataires d’être éligibles à l’Aide Personnalisée au Logement (APL). Les nouvelles règles répondent à des conditions bien précises. Les sous-locataires doivent être liés à un locataire de plus de 60 ans. Et surtout, ils doivent eux-mêmes correspondre à des critères précis. Les heureux élus sont les personnes handicapées, les moins de 30 ans, et les plus de 60 ans. Exit, en revanche, les sous-locataires ayant des liens de parentés avec le propriétaire...

“Ce nouveau dispositif est issu de la loi Elan de 2018”, explique l’Agence départementale d'information sur le logement de Paris (ADIL 75). “L’esprit de ce texte est de développer l’habitat intergénérationnel dans les zones tendues”. En clair : il doit encourager les seniors, jeunes, et personnes handicapées à occuper des chambres vides chez les plus de 60 ans, dans les villes où il est difficile de trouver des logements à prix abordables.

>> A lire aussi - Logement : tout ce que change la loi Elan pour les propriétaires et les locataires

Des APL cumulées entre locataire et sous-locataire

Avec ce décret, les locataires auront désormais le droit de toucher les APL en même temps que leurs sous-locataires. “Ils conservent des aides qu’ils n’auraient pu garder auparavant avec un sous-locataire”, détaille l’ADIL. Seule condition, le sous-loyer doit être inférieur au loyer principal. Autre nouveauté : dans le cadre du nouveau dispositif, le locataire n’a plus l’obligation d’avoir d’un accord écrit de son bailleur pour sous-louer. Il a désormais juste besoin de l’informer. “Il s’agit d’une exception par rapport à la règle. Les locataires non concernés par le décret devront continuer à demander au bailleur un accord écrit”, précise l’ADIL.

Les APL des sous-locataires seront calculées en fonction du loyer versé au locataire. Celles du locataire dépendront du “loyer acquitté, déduction faite des loyers encaissés au titre

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Après le RCT, Mourad Boudjellal veut acheter un club de foot
La jolie rentabilité de Quotidien (Yann Barthès) et TPMP (Cyril Hanouna)
L’astuce des policiers municipaux toulousains pour ne pas payer le stationnement de leur voiture personnelle
Lidl, Système U, Leclerc... qui a gagné le plus de clients en décembre ?
La grosse prime que touchera le nouveau boss de Boeing s’il relance le 737 Max