La bourse ferme dans 3 h 56 min
  • CAC 40

    6 645,46
    +5,94 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 148,35
    +4,83 (+0,12 %)
     
  • Dow Jones

    34 299,33
    -94,42 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,2123
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 857,10
    +0,70 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    32 346,61
    -872,70 (-2,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    972,85
    -37,75 (-3,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,44
    +0,32 (+0,44 %)
     
  • DAX

    15 710,34
    -19,18 (-0,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 172,00
    -0,48 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    14 072,86
    -101,29 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 246,59
    -8,56 (-0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    29 291,01
    -150,29 (-0,51 %)
     
  • HANG SENG

    28 436,84
    -201,69 (-0,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,4116
    +0,0034 (+0,24 %)
     

Antoine de Saint-Affrique, nouveau patron de Danone ?

·1 min de lecture

C’est l’un des fleurons du CAC 40 : depuis la mi-mars et le débarquement soudain de son patron, Danone se cherche un nouveau dirigeant. Et c’est pratiquement chose faite.

Oui et ironie de l’histoire, alors que les députés votent aujourd’hui même une loi pour féminiser les organes dirigeants des entreprises, et bien le conseil d’administration s’apprête à choisir… un homme. Sauf coup de théâtre en effet, le successeur d’Emmanuel Faber, ce patron atypique à forte personnalité, s’appelle Antoine de Saint-Affrique. Il faudra donc encore attendre avant qu’une deuxième femme prenne la tête d’un groupe du CAC 40, après Catherine McGregor qui dirige Engie. 

Danone ne pouvait pas rester longtemps sans tête.

Le groupe a été secoué en effet par le psychodrame qui s’est soldé par le limogeage d’Emmanuel Faber. Il s’était longuement confié à nous il y a quelques jours pour dénoncer le climat "d’entre-soi" qui prévaut selon lui à la tête de beaucoup de grands groupes. Et il s’étonnait d’avoir été débarqué alors que sa stratégie n’était pas en cause, elle a même été confirmée depuis. Son successeur devra d’ailleurs rependre la même feuille de route et mettre en oeuvre le plan "local first" qui vise, comme son nom l’indique, à donner plus d’autonomie aux managers sur le terrain - et accessoirement à dégager un milliard d’économies. 

L’un des défis de Danone, c’est de redresser sa rentabilité.

Danone, vous savez, c’est certes un fleuron français, plus de 100.000 employés, 24 milliards d’euros d...


Lire la suite sur Europe1