La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1871
    -0,0025 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    1 812,50
    -18,70 (-1,02 %)
     
  • BTC-EUR

    34 990,11
    +1 229,93 (+3,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3906
    -0,0051 (-0,37 %)
     

Antispécisme: "Une vision de l’animal, utopiste et dangereuse, qui aplatit la place de l’homme dans l’univers"

·2 min de lecture

INTERVIEW - Dans un essai très documenté et argumenté (L’Extinction de l’homme-Le projet fou des antispécistes chez Tallandier Essais), le journaliste Paul Sugy décortique les fondamentaux et les risques de la pensée antispéciste. Un voyage au coeur d'un combat de civilisation autour de la place de l'homme.

Né en 1996, Paul Sugy, ancien élève de l’École normale supérieure et diplômé de Sciences Po Paris, est actuellement journaliste au Figaro. L’Extinction de l’homme-Le projet fou des antispecistes (Tallandier Essais) est son premier livre.

Challenges - Le mouvement antispéciste reste très minoritaire. Faut-il vraiment le prendre au sérieux ?

Paul Sugy - L’histoire enseigne que ce sont presque toujours les minorités qui font les révolutions : avant les premières grèves à Petrograd en février 1917, les socialistes n’étaient qu’une poignée dans toute la Russie. Je vois trois raisons au moins de prendre au sérieux l’idéologie antispéciste et son rêve d’une "libération animale" : d’une part l’idée que la vie et le bien-être des animaux sont inviolables fait très nettement son chemin depuis quelques années dans nos sociétés, il n’y a qu’à se pencher . D’autre part, ce mouvement est largement soutenu par des intellectuels ou des personnalités influentes, c’est-à-dire les élites susceptibles de donner aux antispécistes une position hégémonique si l’on raisonne : ainsi les médias, le monde de la culture ou les établissements d’études supérieures leur assurent une visibilité grandissante. Enfin, les valeurs dont se revendiquent les antispécistes ont le vent en poupe : il s’agit selon eux d’"inclure" (le mot est à la mode…) une nouvelle classe "opprimée" dans le champ de notre considération, d’œuvrer en faveur de leur "bien-être", de faire preuve de "bienveillance"… Reconnaissons que c’est séduisant. Enfin, tant que nous n’aurons pas mis un terme définitif , les antispécistes auront beau jeu de se servir de ces dérives pour faire avancer leur agenda. Pour résister à cet extrémisme animaliste, il faut aussi mettre un terme définitif à certaines pratiques d’élevage qui sont objectivement dégradantes.

Quelles sont les racines de l’antispécisme ?

Le végétarisme a vraisemblablement toujours existé à la marge des sociétés européennes. Il s’est souvent nourri de l’hostilité aux régi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles