La bourse est fermée

Antilles, Réunion, Guyane... des milliards d'investissements gaspillés dans des projets hasardeux

Quel gâchis ! Alors que l'Outre-mer accumule de gros retards en matière de services publics (eau, déchets, santé... ), de nombreux élus investissent dans des projets hasardeux. Voici exemples de milliards engloutis (pour rien ?) dans les Dom-Tom.

A n'en pas douter, les DOM-TOM (aujourd'hui appelés officiellement DROM-COM) ont besoin d'argent frais. En plus des difficultés structurelles - le taux de chômage y dépasse les 20%, 30 à 75% des jeunes sont illettrés, le système de santé est à bout de souffle et de nombreuses collectivités n'ont plus un sou pour investir -, d'énormes problèmes ont émergé ces derniers mois. Après l'ouragan Irma, qui a dévasté Saint-Martin et Saint-Barthélemy en septembre, et l'incendie qui a ravagé le CHU de Pointe-à-Pitre en novembre (il accueille, depuis, des malades dans des tentes !), voilà que Mayotte s'enflamme contre l'insécurité et l'afflux croissant de Comoriens. Pourtant, contrairement aux apparences, la métropole ne délaisse pas financièrement l'Outre-mer. Rien que pour 2018, le gouvernement a annoncé plus de 2 milliards d'euros de budget, en hausse de 4,4% sur un an. Alors ? “Il y a beaucoup d'argent gâché parce que chaque élu veut son investissement, et qu'il n'y a aucune mutualisation !”, déplore un journaliste local. La preuve avec notre enquête.

Antilles : pourquoi deux cyclotrons ?

Encore une affaire d'ego. Les Antillais ayant besoin, comme les autres, d'être mieux équipés pour détecter et traiter les cancers, tout le monde était d'accord pour qu'ils disposent d'un cyclotron, une machine permettant de fabriquer un produit radioactif nécessaire au suivi de l'évolution des tumeurs cancéreuses - il en existe une vingtaine en France. Deux rapports commandés sur le sujet avaient même conclu que cet équipement devait être installé en Martinique - la substance produite aurait pu être exportée, avec un potentiel de développement régional au-delà de la France. Lors de sa visite dans l'île en mai 2015, François Hollande confirme donc le projet. Mais, (...) Cliquez ici pour voir la suite