Marchés français ouverture 4 h 29 min
  • Dow Jones

    33 970,47
    -614,41 (-1,78 %)
     
  • Nasdaq

    14 713,90
    -330,06 (-2,19 %)
     
  • Nikkei 225

    29 874,19
    -625,86 (-2,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,1740
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    24 136,86
    +37,72 (+0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    36 442,75
    -3 862,97 (-9,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 070,30
    -64,09 (-5,65 %)
     
  • S&P 500

    4 357,73
    -75,26 (-1,70 %)
     

« Angelia » l'intelligence artificielle : le futur de la musique ?

·2 min de lecture

Pour répondre à ces questions, nous allons retracer brièvement l’histoire de l’intelligence artificielle en musique, puis avec « Angelia », une IA dédiée à la musique électronique, nous mettrons en évidence ses enjeux et perspectives.

Depuis l’Antiquité, les liens entre la musique et les algorithmes ont suscité l’intérêt des scientifiques et des compositeurs

Depuis toujours, la musique intéresse les scientifiques par ses qualités formelles et, vice versa, les musiciens trouvent dans les sciences de nombreuses sources d’inspiration. L’idée d’utiliser des instructions pour créer de la musique est évoquée par les Grecs dès l’Antiquité, en particulier par Pythagore (VIe siècle avant J.-C.). Comment ne pas citer Jean-Sébastien Bach (1685-1750) qui utilisait des méthodes mathématiques et géométriques, ou bien encore Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) et sa génération de pièces musicales par recombinaison de fragments tirés au sort avec des dés (Musikalisches Wurfelspiel, 1787).

Du côté des scientifiques, Jacques de Vaucanson (1709-1782) a créé en 1738 deux automates musiciens capables de jouer réellement de leur instrument. Si les automates de Vaucanson ont disparu, ceux réalisés par les Jaquet-Droz et Leschot en Suisse sont toujours visibles au Musée de Neuchâtel. La musicienne est probablement le plus bel exemple. L’automate joue réellement de l’orgue, grâce à son cylindre où est « programmé » son répertoire, préfigurant ainsi la programmation des robots. Citons également la « Joueuse de Tymapon » de Peter Kintzing, visible au Musée des Arts et Métiers à Paris.

La musicienne des Jaquet-Droz et Leschot. © Musée de Neuchâtel
La musicienne des Jaquet-Droz et Leschot. © Musée de Neuchâtel

Ada Lovelace (1815-1852), qui assistait Charles Babbage dans la conception de sa « machine analytique », fut la première à programmer un algorithme sur un calculateur, citant explicitement la composition musicale comme une application potentielle.

Les ordinateurs et l’intelligence artificielle apparaissent dans les années 1950, déjà avec des...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles