Marchés français ouverture 4 h 26 min
  • Dow Jones

    26 659,11
    +139,16 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    11 185,59
    +180,72 (+1,64 %)
     
  • Nikkei 225

    23 146,37
    -185,57 (-0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1696
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    24 550,64
    -35,96 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    11 529,99
    -19,19 (-0,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    264,30
    +21,62 (+8,91 %)
     
  • S&P 500

    3 310,11
    +39,08 (+1,19 %)
     

Android : le virus Joker est de retour et il touche 17 applications populaires

Fabrice Auclert, Journaliste
·2 min de lecture

On pensait qu’il avait disparu, mais le virus Joker continue de venir hanter la boutique d’applications Google. Malware en vigueur depuis 2017, il avait été aperçu cet été, et le revoilà qui vient d’infecter pas moins de 17 applications. Bien évidemment, il faut les désinstaller tandis que Google les a déjà supprimées de son Play Store.

Ce sont des chercheurs de l'équipe ThreatLabz, de la société de sécurité cloud Zscaler, qui ont identifié les 17 applications vérolées, et comme c’est le cas à chaque fois, le virus se cache dans un composant d’une application qui semble parfaitement commune et sans danger. Joker procède alors en plusieurs étapes. D’abord, comme un cheval de Troie, il s’exécute au premier lancement de l’application. Il se charge donc en arrière-plan, et il en profite alors pour lancer le téléchargement d’un composant bien plus nuisible.

Voici la liste des 17 applications infectées par le virus Joker. © Futura
Voici la liste des 17 applications infectées par le virus Joker. © Futura

Ne donnez pas accès à vos SMS ni à votre répertoire

C’est à partir de là, toujours en arrière-plan et sans qu’il soit détectable, qu’il entame sa phase d’espionnage : SMS, listes des contacts, identifiant et mot de passe saisis… Et le pire est à venir puisque le malware est capable ensuite d’abonner l’utilisateur à des services payants ! Il faut donc surveiller de près les applications qui ont accès aux SMS et aux listes des contacts, et surtout ne pas leur en donner l’accès !

Souvent, l’utilisateur répond « oui » aux différentes fenêtres sans se rendre compte qu’il rend ainsi accessibles des fonctions privées du téléphone que les pirates peuvent exploiter. Autre conseil : regardez les avis publiés sur une application avant de les télécharger, mais aussi le nombre d’étoiles. Les applications vérolées sont souvent démasquées par des utilisateurs.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura