La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 028,30
    +2 008,86 (+4,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

André Comte-Sponville: "La souveraineté n'est pas un absolu"

·2 min de lecture

EDITO - Parler de souveraineté à propos de masques, de médicaments ou d'entreprises privées, faire du made in France une religion ou du protectionnisme une panacée, c'est confondre la souveraineté et l'indépendance (qui n'est qu'une de ses conditions), puis l'indépendance et l'autarcie.

Qu'est-ce que la souveraineté? Le pouvoir suprême, à l'intérieur d'une nation ou de plusieurs (si celles-ci sont rassemblées au sein d'un empire ou d'une fédération). Par exemple la souveraineté de Louis XIV, dans la France du XVIIe siècle, ou celle du peuple, dans une démocratie.

L'Etat, c'est moi, aurait dit le premier. La Nation, c'est nous, pourrions-nous dire. Le peuple est souverain lorsque c'est lui qui fait les lois, directement (démocratie directe) ou plus souvent indirectement (démocratie représentative). Il peut donc les défaire, les refaire, les modifier. Il est au-dessus d'elles, et même au-dessus de la Constitution, puisqu'elles n'existent que par sa volonté: il ne leur est soumis que tant qu'il le veut. C'est où la politique prime sur le droit. Une Constitution que le peuple ne pourrait changer ne serait plus démocratique.

L'interdépendance, dans une économie mondialisée, est la règle. L'autarcie, une chimère. La souveraineté serait donc absolue?

Non pas. Elle ne l'est jamais en fait, comme l'a vu Spinoza, puisque tout pouvoir est toujours limité par des rapports de force, aussi bien internes qu'externes. A quoi bon commander, si l'on n'a pas les moyens de se faire obéir? Et elle ne l'est pas non plus en droit, dans une démocratie libérale, puisque, comme l'a vu Montesquieu, pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

Ne pas confondre souveraineté et indépendance

Aussi la souveraineté s'autolimite-t-elle en se fractionnant: c'est la séparation des pouvoirs (législatif, exécutif, judiciaire) qui protège les libertés individuelles. Cela toutefois n'annule ni l'unicité de la souveraineté (la République une et indivisible ) ni la multiplicité mouvante des rapports de force (qui s'expriment ultimement, dans une démocratie, par le suffrage universel).

Nous voilà loin des débats du jour! C'est qu'ils se trompent d'objet. Parler de souveraineté à propos de masques, de médicaments ou d'entr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi