Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,19 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0879
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +2,40 (+0,10 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 893,28
    -772,34 (-1,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 354,84
    -19,00 (-1,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    -0,06 (-0,07 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,38 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,33 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,92 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,11 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2696
    +0,0025 (+0,20 %)
     

La plus ancienne structure en bois de l'humanité découverte en Zambie

Des archéologues ont mis au jour une structure en bois vieille d'un demi-million d'années en Zambie, la plus ancienne jamais découverte.

LARRY BARHAM / LIVERPOOL UNIVERSITY / AFP

Une découverte majeure. Des archéologues ont mis au jour la plus ancienne structure en bois jamais façonnée par des humains, vieille de près d'un demi-million d'années, une construction complexe qui suppose des capacités techniques avancées chez les premiers hommes.


Exceptionnellement bien préservée, la structure a été découverte sur le site préhistorique des chutes de Kalambo dans l'actuelle Zambie, et date d'au moins 476.000 ans, avant l'apparition supposée de notre propre espèce, Homo sapiens. Elle consiste en deux rondins emboîtés, reliés transversalement par une entaille pratiquée intentionnellement afin de construire une structure, probablement la fondation d'une plate-forme surélevée, d'un passage ou d'un habitat, selon l'étude publiée dans Nature mercredi. Une collection d'outils en bois, dont un bâton de fouille, a également été trouvé sur le site.

Une découverte "rare"

L'utilisation du bois par l'homme à des âges aussi anciens avait déjà prouvée, mais pour un usage limité: faire du feu, ou tailler en pointe des bâtons pour la chasse ou la cueillette. La plus ancienne structure en bois connue à ce jour remonte, elle, à seulement 9000 ans, précise à l'AFP Larry Barham, professeur à l'Université britannique de Liverpool, premier auteur de l'étude.

PUBLICITÉ

L'archéologue ne s'attendait pas à trouver un tel trésor en fouillant le site préhistorique de Kalambo, situé au bord sur la rivière du même nom, au-dessus de chutes d'eau hautes de 235 mètres.

"Il est rare de trouver du bois dans des sites aussi anciens car généralement il pourrit et disparaît. Mais aux chutes de Kalambo, des niveaux d'eau élevés en permanence l'ont préservé", expliquent les auteurs dans un communiqué.

476.000 ans

Dans les années 1950 et 1960, de premières fouilles avaient déjà livré des morceaux de bois, sans possibilité de les dater. Les nouvelles pièces, découvertes en 2019, ont livré leur âge avec la datation par luminescence des dépôts entourant les objets - la méthode permet de déterminer quand ils ont été exposés pour la dernière fois à la lumière du Soleil avant d'être enfouis, détaille le professeur Geoff Duller de l'Université d'Aberystwyth au Pays de Galles, co-auteur. Verdict: les dépôts ont au moins 476.000 ans, "ce qui prouve que ce site est beaucoup plus ancien qu'on ne le pensait", souligne le scientifique. Et qu'il a été occupé bien avant Homo sapiens, dont les plus anciens fossiles remontent à environ 300.000 ans.

L'œuvre d'une espèce humaine éteinte?

Les recherches n'ont pas pu déterminer quelle lignée humaine était à l'œuvre, mais le Pr Barham n'exclut pas d'avoir affaire à Homo heidelbergensis, une espèce éteinte qui a vécu entre environ 700.000 et 220.000 ans avant notre ère. Car à part le fossile d'un crâne d'Homo heidelbergensis, découvert en Zambie dans les années 1920, "il n'y a pas d'autre homininé connu dans la région". La découverte a, quoiqu'il en soit, "changé sa vision" de nos premiers ancêtres. "Ils ont utilisé leur intelligence pour transformer leur environnement et se faciliter la vie, ne serait-ce qu'en fabriquant une plate-forme pour s'asseoir en bord de rivière", décrypte l'archéologue. Et réussi à fabriquer "quelque chose qu'ils n'avaient jamais vu auparavant": contrairement à la taille d'un bâton, facilement observable et imitable, la création de deux pièces en vue de leur assemblage montre selon lui des facultés d'abstraction.

Témoin de "capacités cognitives" complexes

"Le fait qu'ils aient pu travailler le bois à grande échelle suppose des capacités cognitives comme la planification, la visualisation du produit fini avant sa conception, le déplacement des objets mentalement dans l'espace", observe la préhistorienne Sophie Archambault de Beaune, professeure à l'Université Jean Moulin Lyon 3, qui n'a pas participé aux travaux.

"Ces capacités étaient déjà supposées à partir de l'étude des outils en pierre taillée", courants dans ces temps reculés, souligne néanmoins la chercheuse interrogée par l'AFP. Selon les auteurs de l'étude, la structure était propice à "une occupation durable", ce qui "remet en question l'idée selon laquelle ces premiers hommes étaient nomades". "Aux chutes de Kalambo, ils disposaient non seulement d'une source d'eau pérenne, mais la forêt qui les entourait leur fournissait suffisamment de nourriture pour leur permettre de se sédentariser et de construire des structures", avancent-ils.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Un fragment de météorite s'écrase dans le jardin d'une habitante du Cher