Publicité
Marchés français ouverture 6 h 32 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 762,25
    +116,14 (+0,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,0851
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,76 (-1,38 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 200,31
    -597,25 (-0,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 484,65
    +16,55 (+1,13 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

Une ancienne responsable du collectif 50/50 jugée pour agression sexuelle est finalement relaxée

©EKATERINA BOLOVTSOVA/Pexels

Ce mardi 23 mai, le tribunal judiciaire de Paris a rendu son verdict suite à une plainte envers Juliette Favreul. La productrice de films, ayant appartenu au collectif féministe 50 /50 pour la parité au cinéma, était accusée d’« agression sexuelle par personne en état d’ivresse manifeste ».

Le jugement a été rendu. Ce mardi, le tribunal judiciaire de Paris s’est prononcé sur le sort de Juliette Favreul, une productrice de films accusée d’agression sexuelle par l’actrice Nadège Beausson-Diagne. L’accusée, par ailleurs ex-administratrice du Collectif 50 /50, était jugée depuis le 15 mars pour « agression sexuelle par personne en état d’ivresse manifeste ». Quels sont les faits qui lui sont reprochés ? Cette dernière est soupçonnée d’avoir, lors d’une soirée organisée le 11 mars 2022 dans l’appartement parisien d’un membre de l’association, tenté de pénétrer d’une main le sexe de Nadège Beausson-Diagne, sous sa jupe. L’actrice de 50 ans avait porté plainte au lendemain de la soirée, racontant que Juliette Favreul aurait passé « la main sur sa cuisse gauche et l’a remontée jusqu’à [son] sexe avec la volonté de la pénétrer, mais [son] collant l’en a empêché, même si [elle a] clairement senti son doigt ». Aucun témoin direct n’a pu confirmer ou infirmer les dires de Nadège Beausson-Diagne, même si certains assurent l’avoir vue « en état de sidération ».

De son côté, Juliette Favreul a reconnu avoir passé la main dans les cheveux afros de la comédienne. « Je ne savais pas que c’était un geste post-colonial et offensant. J’ai toujours été complexée par mes cheveux… Je lui ai mis la main dans les cheveux… et c’est tout », a déclaré la productrice, qui a nié avoir...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi