La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 884,13
    +873,20 (+3,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1943
    +0,0019 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    28 309,76
    -179,24 (-0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    27 595,47
    +146,67 (+0,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    783,87
    -10,46 (-1,32 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

Un ancien manager de Gims soupçonné d'avoir escroqué Universal Music France

·1 min de lecture

Un ancien manager du label Monstre Marin Corporation, créé par le rappeur Gims, se retrouve au cœur d'une accusation d'escroquerie en bande organisée. Une peine de 18 mois de prison a été requise contre cet homme, jugé lundi 31 mai devant le tribunal correctionnel de Créteil avec d'autres prévenus, pour avoir escroqué près de 300.000 euros à Universal Music France entre 2014 et 2016. Enregistrements en studio, shooting photo, voyages : Universal Music a payé des dizaines de factures "sans justification" et ne correspondant en réalité à "aucune prestation", a rappelé lundi la présidente du tribunal.

En 2015, Gims fait appel à ce "label manager" pour l'aider notamment à produire un nouvel album, "Djuna Family". L'enquête montrera que des fausses factures ont été réalisées pour ce projet, alors que Gims assure lui-même n'avoir rien dépensé pour celui-ci, finalement avorté. Pour d'autres projets dont celui prévu avec la chanteuse Vitaa, de "fausses factures" sont également rédigées, selon les enquêteurs. "C'est lui (le manager NDLR) qui a tiré réellement profit de cette infraction, celui qui est en position de force, qui a pu imposer sa volonté", a souligné la procureure lors de son réquisitoire.

>> A lire aussi - Vivendi : Universal Music Group (UMG) débarquera en Bourse d'ici septembre !

"Jamais de ma vie je n'ai fait de fausses factures", a assuré à la barre le manager en niant les faits. "C'est un milieu particulier", "j'établis un budget pour un album et un contrôle de gestion (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Sanofi stoppe un programme clinique sur un traitement contre une maladie rénale
Pas de jackpot pour l’ancien n°2 de Charlie Hebdo
Bruno Bich, fils du fondateur de Bic, est décédé
Nestlé en difficulté, de nombreux produits ne répondent pas à "la définition de santé"
Bitcoin, Ethereum… les cryptomonnaies désormais accessibles à la Bourse de Paris

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles