Marchés français ouverture 7 h 43 min
  • Dow Jones

    31 391,52
    -143,99 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 358,79
    -230,04 (-1,69 %)
     
  • Nikkei 225

    29 408,17
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,2093
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    29 095,86
    -356,71 (-1,21 %)
     
  • BTC-EUR

    39 981,22
    -1 112,80 (-2,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    957,46
    -29,19 (-2,96 %)
     
  • S&P 500

    3 870,29
    -31,53 (-0,81 %)
     

Comment Amazon va changer son offre alimentaire et s'associer avec Monoprix

·2 min de lecture

Lors de son arrivée sur l'alimentaire en 2015, le géant américain Amazon faisait office d'épouvantail pour les distributeurs traditionnels français comme Leclerc, Carrefour ou Casino. La promesse était alléchante, selon LSA : 34 000 références en boissons, produits alimentaires d'épicerie, de beauté et d'hygiène, le tout avec de nombreuses promotions. L'équivalent du nombre d'articles présents dans un hypermarché de grande taille. Mais surtout livrés avec la capacité logistique d'Amazon, c'est-à-dire rapidement, notamment dans les grandes villes françaises.

Plus de cinq ans après, le bilan est plus nuancé et l'épouvantail de l'époque est en train de corriger le tir. Si le groupe américain ne communique pas officiellement ses chiffres de vente, et ce quelle que soit son activité, Amazon a décidé de réorienter son organisation sur la vente de produits alimentaires dans l'Hexagone. Jusqu'à maintenant, pour acheter du Coca-Cola, des couches ou du mascara sur le site américain, il fallait passer par l'option Prime Now, un service de livraison payant garantissant la livraison en moins de deux heures. On pouvait retrouver sur le site à la fois les "boutiques" Monoprix, Naturalia et Truffaut, mais aussi une entrée "Amazon".

À lire aussi — Après Amazon, Jeff Bezos espère coloniser le système solaire avec sa société Blue Origin

En effet, jusqu'ici, le groupe achetait en direct des produits alimentaires et d'hygiène et les revendaient sur sa plateforme via son service Amazon Prime Now, accessible à Paris et une partie de la banlieue parisienne, à Bordeaux, Lyon ou encore Nice. Pour y arriver, Amazon utilisait 10 entrepôts en France dédiés exclusivement à la livraison des produits alimentaires. En parallèle, le groupe proposait également d'autres boutiques et donc d'autres produits des trois autres enseignes citées.

Mais depuis quelques semaines, les choses sont en train de changer. Comme l'a confirmé un porte-parole d'Amazon France à Business Insider France, l'un de ses entrepôts, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le taux de chômage revient à son niveau d'avant-crise, une baisse en partie liée au reconfinement
Nissan dément toute discussion avec Apple sur la voiture autonome
Disney continue à grossir dans le streaming et se rapproche de Netflix
L’aéroport de Roissy n’aura pas son terminal T4
Amazon devrait recruter 3 000 personnes en CDI en France cette année