La bourse ferme dans 5 h 27 min
  • CAC 40

    6 733,49
    +57,59 (+0,86 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 121,77
    +5,15 (+0,13 %)
     
  • Dow Jones

    34 838,16
    -97,31 (-0,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,1885
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • Gold future

    1 813,20
    -9,00 (-0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    32 569,85
    -991,17 (-2,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    939,20
    -21,70 (-2,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,87
    +0,61 (+0,86 %)
     
  • DAX

    15 581,54
    +12,81 (+0,08 %)
     
  • FTSE 100

    7 116,32
    +34,60 (+0,49 %)
     
  • Nasdaq

    14 681,07
    +8,39 (+0,06 %)
     
  • S&P 500

    4 387,16
    -8,10 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    27 641,83
    -139,19 (-0,50 %)
     
  • HANG SENG

    26 194,82
    -40,98 (-0,16 %)
     
  • GBP/USD

    1,3916
    +0,0033 (+0,24 %)
     

Amazon utilise des algorithmes pour licencier ses livreurs

·2 min de lecture

Lorsqu’on parle de machines qui remplacent les humains au travail, on imagine tout de suite les robots industriels dans les chaînes de production. On pense moins au bureau des ressources humaines. Pourtant, c’est le cas chez Amazon, qui utilise un algorithme pour licencier ses livreurs. C’est le journal Bloomberg qui a révélé l’affaire.

Amazon dispose d’environ quatre millions de livreurs Flex, dont les trois quarts aux États-Unis. Flex est un système similaire à Uber, où les livreurs s’inscrivent et décident quand ils sont libres pour travailler et reçoivent des livraisons à faire en conséquence. Toutefois, la gestion de ce personnel est entièrement automatisée. L’application calcule les itinéraires et les temps de trajet et les livreurs voient leur évaluation baisser s’ils ne les respectent pas. En dessous d’une certaine note, leur accès à l’application est tout simplement révoqué par l’algorithme et un message automatique leur est envoyé. Ils sont, effectivement, licenciés par e-mail.

200 dollars pour contester son licenciement

D’anciens employés interviewés par le journal ont indiqué que l’algorithme ne tient pas compte des conditions réelles. Certains délais de livraison sont absurdes avec des routes en mauvaise condition ou enneigées. D’autres livraisons sont impossibles, par exemple avec certaines résidences qui ne sont pas accessibles avant une certaine heure. Même des files d’attente pour récupérer les colis à l’entrepôt Amazon comptent contre les livreurs. Après la moindre panne, il faut des semaines pour faire remonter sa note.

Les livreurs peuvent contester la fin de leur contrat, mais ils doivent débourser 200 dollars et ils n’ont jamais l’assurance de pouvoir parler à un être humain. Les réponses reçues par les différents livreurs sont similaires et semblent entièrement automatisées. Amazon s’est toutefois défendu à travers sa porte-parole Kate Kudrna, qui a indiqué que ces cas étaient anecdotiques et ne représentent pas l’expérience vécue par la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles