La bourse ferme dans 7 h 57 min
  • CAC 40

    5 538,61
    +20,06 (+0,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 506,89
    +14,35 (+0,41 %)
     
  • Dow Jones

    29 638,64
    -271,73 (-0,91 %)
     
  • EUR/USD

    1,1977
    +0,0043 (+0,36 %)
     
  • Gold future

    1 794,70
    +13,80 (+0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    16 293,60
    +42,59 (+0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    383,83
    +19,24 (+5,28 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,30
    -0,04 (-0,09 %)
     
  • DAX

    13 363,98
    +72,82 (+0,55 %)
     
  • FTSE 100

    6 318,69
    +52,50 (+0,84 %)
     
  • Nasdaq

    12 198,74
    -7,11 (-0,06 %)
     
  • S&P 500

    3 621,63
    -16,72 (-0,46 %)
     
  • Nikkei 225

    26 787,54
    +353,92 (+1,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 567,68
    +226,19 (+0,86 %)
     
  • GBP/USD

    1,3401
    +0,0069 (+0,52 %)
     

Amazon : des syndicats dénoncent des conditions de travail 'à risque' dans les entrepôts en France

·2 min de lecture

Comme lors du premier confinement, des syndicats d'Amazon France s'inquiètent de leurs conditions de travail. SUD et la CGT ont dénoncé mardi 17 novembre des situations "à risques" à l'approche des fêtes de fin d'année, avec l'embauche "en masse" d'intérimaires mettant à mal la distanciation sociale, et fait état de débrayages sur plusieurs sites. "Ca explose en termes de commandes. Les CDI et les intérimaires embauchés en masse se marchent littéralement sur les pieds et on a vu des files d'attente devant les entrepôts", a rapporté à l'AFP Laurent Dégousée de SUD-Solidaires.

"Sur tous les sites, il y a du travail par-dessus la tête, on ne peut pas gérer sans risques l'afflux des effectifs", a renchéri Alain Jeault de la CGT, évoquant un dépistage volontaire proposé par la direction qui a établi 65 cas positifs la semaine dernière sur les sites français d'Amazon. Les deux syndicats, respectivement premier et troisième au sein de l'entreprise, réclament donc des contreparties au surcroît d'activité pendant le confinement, dont une augmentation de 2 euros brut de l'heure (comme lors du premier confinement), le maintien à 100% du salaire des personnes à risque qui sont en activité partielle pendant la crise du Covid, ainsi qu'une prime de 1.000 euros.

"Le fait est qu'Amazon offre déjà la plupart de ce qu'ils demandent, à savoir des salaires et des avantages sociaux compétitifs", a répondu le groupe dans un communiqué adressé à l'AFP. Amazon a notamment rappelé qu'un accord avait déjà été signé cet été avec une prime de 500 euros versée en juillet, puis une nouvelle prime prévue pour la fin d'année.

Insatisfaits, des salariés ont débrayé sur plusieurs sites lundi soir et mardi, cessant le travail pendant quelques heures, selon les deux syndicats concernés.

La CGT et SUD n'ont pas commenté la pétition lancée mardi par des élus de gauche et écologistes, des personnalités du monde de la culture et des associations. Elle appelle à ne pas recourir à la plateforme Amazon pendant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La dette mondiale va atteindre un nouveau record en 2020
Bruno Le Maire appelle à décaler le Black Friday alors que les commerces non-essentiels restent fermés
La valeur du bitcoin dépasse 18 000 dollars, portant sa capitalisation boursière à un niveau record
C'est qui le patron ?! lance son appli concurrente de Yuka
Le Boeing 737 MAX peut de nouveau voler aux Etats-Unis