La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    51 126,15
    -774,20 (-1,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Amazon : les salariés en colère et en grève aux Etats-Unis et en Italie

franceinfo
·1 min de lecture

Du jamais-vu chez Amazon en Italie. Plus de 9 000 salariés ont fait une grève de 24 heures, soit 75% des salariés, selon les syndicats. Ils sont encore plus nombreux à travers le pays à se dire épuisés et indignés. "Amazon fait des milliards de profit dans le monde, et en même temps refuse de redistribuer une partie de ses bénéfices à ses employés", pointe Marino Masucci, secrétaire général de la branche transport du syndicat italien CISL. "Normalement on fait 80, jusqu'à 100 livraisons par jour. Mais en ce moment, certains collègues ont dû enchaîner jusqu'à 300 livraisons en une seule journée", raconte un livreur.

"Traités comme des prisonniers"

La vague de contestation n'épargne pas le géant américain du commerce en ligne aux Etats-Unis. Dans l'entrepôt de Bessemer, en Alabama, les salariés vont ainsi profiter d'une loi locale pour se prononcer, le 29 mars, sur la création d'un syndicat. Là encore, ce sont les conditions de travail qui sont dénoncées. "Nous sommes traités comme des prisonniers qui sont juste là pour exécuter un travail", dénonce Jennifer Bates, une employée. L'entreprise, de son côté, a vanté son salaire horaire supérieur au minimum légal et déploie des campagnes contre les syndicats. Mais les salariés ont reçu le soutien implicite du président Joe Biden.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi