Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • Nikkei 225

    38 876,71
    -258,08 (-0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0814
    +0,0070 (+0,65 %)
     
  • HANG SENG

    17 937,84
    -238,50 (-1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 450,21
    +1 188,96 (+1,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 411,65
    +16,61 (+1,19 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     

Altice serait prêt à vendre une partie du capital de SFR

Kévin Comte

23,8 milliards d’euros. C'est le montant de la dette de SFR, au 30 juin. Un chiffre colossal qui pousserait Patrick Drahi, le patron d'Altice, à vendre une partie du capital de l'opérateur de télécommunications. Selon Le Monde, jeudi 7 septembre, la banque d’affaires Lazard a été chargée de ce dossier, avec le soutien de BNP Paribas.

Les deux banques auraient pour mission de trouver les meilleurs acheteurs potentiels et les mettre en concurrence pour faire grimper le prix. "SFR est perçue comme la tour Eiffel (marque, réseaux, organisation, qualité…) et nous aurons beaucoup d’options", aurait confié Patrick Drahi, mercredi 6 septembre, selon les propos rapportés par des investisseurs réunis pour une présentation financière à Londres et relayés par le journal. SFR, l'opérateur numéro deux en France, derrière Orange, compte 20,5 millions de clients dans le mobile et 6,5 millions dans le fixe (ADSL et fibre).

L'opérateur, qui avait été racheté en 2014 par Altice France, a cependant perdu 235.000 abonnés dans le mobile depuis le début de l’année. Patrick Drahi s'était engagé, en août dernier, à réduire la dette de son groupe, notamment par des cessions d'actifs non stratégiques et une réduction des investissements. Le milliardaire franco-israélien avait notamment cité des "data centers".

Cependant, leur vente a été ralentie par un scandale de corruption au Portugal. Pour rappel, le 13 juillet dernier, Armando Pereira, numéro deux d'Altice et associé historique de Patrick Drahi, avait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite