Publicité
La bourse ferme dans 1 h 58 min
  • CAC 40

    8 096,98
    -44,48 (-0,55 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 031,38
    -15,61 (-0,31 %)
     
  • Dow Jones

    39 807,99
    -65,00 (-0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0842
    -0,0016 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    2 413,10
    -12,80 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 348,09
    -1 029,82 (-1,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 509,02
    -17,40 (-1,14 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,97
    -0,69 (-0,88 %)
     
  • DAX

    18 682,26
    -44,50 (-0,24 %)
     
  • FTSE 100

    8 363,62
    -52,83 (-0,63 %)
     
  • Nasdaq

    16 846,40
    +13,78 (+0,08 %)
     
  • S&P 500

    5 317,06
    -4,35 (-0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,2745
    +0,0033 (+0,26 %)
     

Altice : Patrick Drahi lance des accusations et annonce de "vastes enquêtes internationales"

Wikimedia

Patrick Drahi se sent "trahi. Le patron du groupe Altice, éclaboussé par un scandale de corruption au Portugal, a déclaré devant des analystes lundi 7 août qu'il se sentait "trahi et trompé par un petit groupe d'individus" et annoncé de "vastes enquêtes internationales" internes.

Lors de sa première prise de parole depuis le déclenchement de l'affaire, Patrick Drahi a aussi assuré que ce scandale n'aurait "aucun impact" sur les finances et les prévisions de sa branche Altice International, dont les résultats étaient présentés lundi. "Si ces allégations sont vraies, je me sens trahi et trompé par un petit groupe d'individus, dont l'un de nos plus anciens collègues", a-t-il dit, dans une allusion à Armando Pereira.

Armando Pereira, 71 ans, bras droit de Patrick Drahi, a été arrêté à Lisbonne le 13 juillet et mis en examen dans le cadre d'une enquête pour corruption et blanchiment. "Quelques individus, surtout dans la branche achat, ont soigneusement dissimulé leurs actions, de moi, de leurs collègues et de l'ensemble du groupe", a poursuivi Patrick Drahi. "Ces personnes ont, si ces allégations sont avérées, profité de leur position aux dépens du groupe, et donc à mes dépens personnels également", a-t-il jugé.

Il a aussi reconnu que "des entités d'Altice hors du Portugal ont fait des affaires avec certains des fournisseurs identifiés par les autorités portugaises". "Nous prenons cette affaire très au sérieux", a-t-il dit, assurant agir "rapidement pour comprendre la vérité et protéger (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite