Marchés français ouverture 4 h 47 min

Alstom : le PDG pourrait partir chez Renault, que faut-il en penser ?

Selon BFM Business, Henri Poupart-Lafarge a été approché pour prendre la direction générale de Renault. Le PDG d'Alstom pourrait faire consensus face aux deux autres candidats potentiels que sont le patron de Faurecia, Patrick Koller, et celui de Seat (groupe Volkswagen), l’italien Luca De Meo.

Un conseil d’administration du constructeur automobile prévu mardi prochain devrait permettre d’en savoir plus.

Pas vraiment une bonne nouvelle

Ce n’est à priori pas une bonne nouvelle pour Alstom. Henri Poupart-Lafarge, 50 ans, polytechnicien et diplômé de l’Ecole nationale des ponts et chaussés, est à la tête du fabricant de matériel ferroviaire depuis 2016. Il a intégré l’entreprise en 1998, puis a pris la tête du pôle transport en 2011, qui est devenu l’unique composant du groupe, après la cession des activités énergie à General Electric.

Henri Poupart-Lafarge peut être crédité des succès du fabricant de TGV ces dernières années.

Sous son impulsion, Alstom a nettement progressé entre les exercices 2015/16 et 2018/19, réalisant une croissance moyenne de ses ventes de 5,5% par an à données comparables et atteignant un taux de marge d’exploitation de 7,1% en mars dernier (+1,8 point sur la période).

Le flux de trésorerie disponible qui était négatif à hauteur de 326 millions d’euros en mars 2016 est devenu largement positif à l’issue du dernier exercice : +153 millions. À souligner aussi le bon parcours du titre, qui s’est adjugé 58% en trois ans. C'est Henri Poupart-Lafarge qui devait dirigé le groupe Alstom-Siemens Transport si la fusion avait abouti.

Changement dans la continuité ?

Le nouveau plan stratégique «Alstom in Motion» que Henri Poupart-Lafarge a présenté en juin dernier vise un taux de croissance annuelle moyen du chiffre d’affaires d’environ 5% au cours des quatre prochaines années et une marge d’exploitation ajustée d’environ 9% en Cliquez ici pour lire la suite