Marchés français ouverture 1 h 52 min
  • Dow Jones

    34 160,78
    -7,31 (-0,02 %)
     
  • Nasdaq

    13 352,78
    -189,34 (-1,40 %)
     
  • Nikkei 225

    26 701,31
    +531,01 (+2,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,1156
    +0,0009 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    23 585,43
    -221,57 (-0,93 %)
     
  • BTC-EUR

    33 480,66
    +1 031,27 (+3,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    847,25
    +27,74 (+3,39 %)
     
  • S&P 500

    4 326,51
    -23,42 (-0,54 %)
     

Alstom passe à la vitesse supérieure en Europe

·2 min de lecture

Le numéro deux mondial du ferroviaire décroche le contrat pour la nouvelle ligne TGV britannique. Un succès qu'il faut imputer à Bombardier Transport.

Voilà de quoi justifier le rachat de Bombardier Transport par Alstom: le méga-contrat du futur TGV anglais HS2 (pour High Speed 2) remporté le 9 décembre par le tandem Alstom-Hitachi Rail (50-50) pour 2,3 milliards d'euros. Il comprend le design, la fabrication et la maintenance de 54 rames qui circuleront sur la future liaison domestique à grande vitesse entre Londres, Birmingham et Manchester, dont les travaux ont commencé en 2020 mais ont pris beaucoup de retard. Ce sera la deuxième ligne à grande vitesse du pays après HS1, empruntée dans le sud-est de l'Angleterre par l'Eurostar. Capables de rouler à 360 kilomètres-heure, ces trains les "plus rapides d'Europe" , selon le constructeur, doivent sortir des usines en 2027 pour une mise en service commerciale entre 2029 et 2033.

Fabrication locale

De fait, c'est bien à Bombardier qu'il faut imputer cette victoire. Implanté depuis longtemps en Grande-Bretagne, le canadien s'était allié à l'origine au japonais Hitachi Rail (le constructeur du Shinkansen) pour proposer une offre concurrente à celle du TGV français. La fabrication de ce nouveau train électrique sera locale, réalisée essentiellement dans les usines d'Hitachi Rail à Newton Aycliffe et de Bombardier (désormais Alstom) à Derby, dans le nord et le centre de l'Angleterre. Le contrat pour le matériel roulant de HS2, qui comprend aussi douze ans de maintenance, devrait créer et pérenniser plus de 2.500 emplois. De quoi réchauffer un peu les relations franco-britanniques.

Surtout, "ce succès va tempérer le Bombardier bashing lié à l'intégration compliquée du constructeur canadien" , pointe un spécialiste du secteur. En juillet, lors de la publication des comptes semestriels, Alstom, désormais numéro deux mondial du ferroviaire derrière le chinois CRRC, avait douché le marché en prévoyant un flux de trésorerie disponible négatif sur son exercice 2021-2022 en raison des investissements nécessaires pour stabiliser les projets hérités de Bombardier Transport.

Certes,[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles