Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 497,05
    +2 747,77 (+4,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 383,67
    +52,77 (+3,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2910
    -0,0037 (-0,29 %)
     

Alstom lesté par l'inflation et Bombardier Transport, repousse ses objectifs

Pixabay

Toujours handicapé par des charges liées à l'acquisition de Bombardier Transport, le constructeur ferroviaire Alstom a fortement réduit sa perte sur son exercice décalé 2022/23 (clos fin mars), mais la conjoncture internationale l'a contraint à retarder d'un an ses objectifs de rentabilité à moyen terme. Alstom a publié mercredi 10 mai une perte nette de 132 millions d'euros en raison d'amortissements liés à l'acquisition des activités ferroviaires de Bombardier, en janvier 2021.

Pour les mêmes raisons et à cause d'une charge liée à la dépréciation de sa participation dans le constructeur russe Transmashholding, Alstom avait perdu 581 millions d'euros en 2021/22. Sans ces éléments, le "résultat net ajusté" de l'exercice ressort à 292 millions d'euros, contre une perte de 173 millions un an plus tôt. Le résultat d'exploitation ajusté grimpe lui de 11%, à 852 millions d'euros, ce qui donne une marge de 5,2%, en progression de 0,2 point en un an.

Le chiffre d'affaires du géant français du ferroviaire est également en hausse, gagnant 7% à 16,5 milliards d'euros, dont 8,8 milliards pour le matériel roulant, 3,8 milliards pour les services (dont la maintenance) et 2,4 milliards pour la signalisation ferroviaire. Les prises de commandes, indicateur clef du secteur, sont en progression de 7%, à 20,7 milliards d'euros, permettant au carnet de commandes d'atteindre le niveau record de 87,4 milliards d'euros au 31 mars. La trésorerie est parallèlement redevenue positive.

"Nous avons réalisé (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Alstom a-t-il déjà fini son rebond ? Le conseil Bourse
Après Los Angeles et Paris, M. Pokora va ouvrir son troisième bar à pâtes dans le Nord
CAC 40 : la Bourse attend au tournant les chiffres de l'inflation aux Etats-Unis
Crédit Agricole mise sur le crédit-bail auto et le paiement, fait bien mieux que prévu au premier trimestre
Cosem : enquête ouverte sur ces centres de santé financés par des fonds publics à la gestion trouble