La bourse ferme dans 3 h 12 min
  • CAC 40

    6 175,20
    +5,79 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 974,21
    -4,63 (-0,12 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,00 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1910
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 742,60
    -2,20 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    50 794,92
    +408,90 (+0,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 294,48
    +66,94 (+5,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,05
    +0,73 (+1,23 %)
     
  • DAX

    15 254,16
    +20,00 (+0,13 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,89
    -21,86 (-0,32 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,89 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 538,73
    -229,33 (-0,77 %)
     
  • HANG SENG

    28 453,28
    -245,52 (-0,86 %)
     
  • GBP/USD

    1,3762
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Alstom : grève à l’ex-site Bombardier de Crespin, des salariés bloquent les camions

·1 min de lecture

Vents contraires pour Alstom. Des salariés du site ex-Bombardier Transport de Crespin (Nord) se sont mis en grève et bloquent la circulation des camions. Ils veulent un "accord de méthode" offrant des "garanties" sur le maintien des acquis sociaux, après l'acquisition de Bombardier Transport par le géant du ferroviaire. L'usine de Crespin, plus grosse usine ferroviaire du pays, compte 2.000 employés (dont 1.600 CDI). "Concernant le transfert des salariés de Bombardier vers Alstom, (...) nous sommes totalement dans le flou": "nous n'avons aucune garantie" sur le maintien des acquis sociaux et des emplois, ni "aucun calendrier" précis, a regretté auprès de l'AFP Karim Khatabi, porte-parole de l'intersyndicale Sud-CGT-CFDT qui a appelé à la grève. Seule la CFE-CGC n'a pas appelé à la grève.

La direction du site a confirmé dans la matinée des "piquets de grève" et devait préciser ultérieurement les chiffres de mobilisation. "Très inquiets", quelque 400 salariés selon M. Khatabi se sont rassemblés mercredi matin sur le site, pour réclamer "la négociation d'un accord de méthode" sur ce transfert et les futures conditions de travail. Ils ont ensuite "bloqué les entrées et sorties des camions", et donc l'approvisionnement de l'usine, et entendaient poursuivre le mouvement "une grande partie de la journée", puis "au moins une fois par semaine, dans la durée", a-t-il dit.

>> A lire aussi - Alstom écope d’une amende salée pour corruption

Les salariés s'interrogent "sur la pérennité du site (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Arquus (ex-Renault Trucks Defense) veut livrer 20 blindés Jaguar et 119 Griffon
Total va vendre de l’électricité verte à Orange
Alstom profitera du Green Deal de l’UE : le conseil Bourse du jour
Lego a profité à plein du confinement, profits historiques
Transformation digitale : les ambitions d'Inetum pour s'affirmer comme un poids lourd du secteur