La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2154
    +0,0019 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 488,45
    +281,32 (+0,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,93
    +1 271,26 (+523,84 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

Alpes-Maritimes : attention à l'arnaque à la pomme de terre

·1 min de lecture

Un homme se faisant passer pour un producteur parvient à duper les clients sur le prix total de la commande qu'il facture au kilo.

C'est une arnaque qui revient en vogue dans les Alpes-Maritimes, du moins dans les alentours de Valbonne, rapporte Nice-Matin : l'arnaque à la pomme de terre. Son principe est simple : un homme se fait passer pour un producteur bio et fait du porte-à-porte pour vendre sa marchandise. A force de discussions et de discours bien rodé pour vendre les qualités de ses produits, il précise aux futurs clients qu'ils feront "une bonne affaire", d'autant qu'ils achètent "en direct". 

Mais l'arnaque devient intéressante pour le faux maraîcher lorsqu'il parvient à convaincre son interlocuteur, et le manipuler sur les chiffres. En lui proposant de lui vendre par exemple 30 pommes de terre, il facture en fait 30 kilos de pommes de terre sans que le client ne s'en aperçoive. La facture devient salée quand le chiffre 100 est évoqué, précise d'ailleurs Nice-Matin.

>> A lire aussi - Arnaque à la location : gare au boom des fausses annonces immobilières !

Vérifier les coordonnées du vendeur

Au final, personne n'oblige le client à payer quand le total est énoncé, mais dans la plupart des cas, les clients paniquent relèvent nos confrères. Une victime avoue : "Je ne sais, j'étais prise de court, déstabilisée". Une autre concède : "Je n'ai pas osé dire non". 

Très connue, cette escroquerie semble revenir à la mode, même si certains ont su déceler des signes équivoques. "Quand on m'a proposé en plus des masques, là j'ai su que c'était mauvais signe", révèle un homme à Nice-Matin. D'autres dénoncent le fait que le faux maraîcher élève la (...)

                            (...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Le chef de la diplomatie américaine accuse la Chine "d'agir de manière plus agressive à l'étranger"
Cafés, restaurants… le fonds de solidarité plus facilement accessible en juin
La nouvelle attestation couvre-feu est en ligne
Emancipation : pourquoi et comment la demander ?
Brexit : la France ne veut pas "se voir imposer de nouveaux critères" pour les licences de pêche