La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 446,94
    -1 946,59 (-5,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Allergiques, et sensibles aux vaccins : "le gouvernement nous a oubliés"

·2 min de lecture

Au moment où la campagne de vaccination contre le variant Delta s'intensifie, de nombreuses personnes atteintes d'allergie, ou de maladies rares, ont été tenues à l'écart de la vaccination sur les conseils de leur médecin. Mais avec l'arrivée du pass sanitaire, ont-elles encore le choix ? Témoignages.

Ils sont allergiques, ou atteints d’une maladie rare. Mais depuis que le gouvernement a déposé , leur quotidien ne tient plus qu’à un fil, ou plus précisément, une aiguille. Faudra-t-il prendre le risque de se faire vacciner contre l’avis de son médecin ? Le sort réservé à une partie certes infime, mais sensible, de la population a agité les débats à l'Assemblée nationale. Alors que de nombreuses personnes souffrant d’allergies sévères, ou atteintes de maladies graves, ont préféré retarder le moment de leur première injection sur les conseils de leur allergologue, ou de leur médecin généraliste, la perspective de voir le pass sanitaire étendu à toutes les activités du quotidien a réveillé une partie de leurs inquiétudes.

“Nous sommes invisibles"

“C’est simple, si je me fais vacciner, j‘encours un risque”, nous confie Laurence*, qui souffre d’allergies sévères aux vaccins depuis son enfance. “Je ne vis qu’avec un seul vaccin, le DT Polyo, en raison de très nombreuses allergies, qui peuvent aller jusqu’à provoquer des œdèmes”, poursuit-elle. Une intolérance, diagnostiquée quelques semaines après sa naissance, à la suite d’un grave choc anaphylactique. “C’est un motif de contre-indication, qui peut être mineur par rapport à d’autres situations, mais qui m’empêche actuellement de me faire vacciner”, déplore-t-elle. Pour cette mère de famille, âgée d’une quarantaine d’années, les personnes comme elles sont les grandes “oubliées” du gouvernement. “Nous sommes invisibles, nous n’avons jamais été recensés. En fait, nous n’avons tout simplement pas été pensés dans cette campagne de vaccination, qui ne s’adresse qu’aux anti-vaccins, mais jamais à nous”, proteste-t-elle.

Depuis le début de la campagne de vaccination,, conseillant de ne pas vacciner les personnes qui présentent des antécédents sévères à certains médicaments, ou à des traitements injectés. “Jusqu’à maintenant, ces patients étaient redirigés vers des allergologues pour avis médical”, nous explique Pascale Courati[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles